France : « Ma fille n'est pas une erreur médicale »

Manque de solidarité avec les personnes trisomiques

| 1583 clics

ROME, Mardi 14 juin 2011 (ZENIT.org) – « Ma fille n'est pas une erreur médicale », titre la fondation Jérôme Lejeune dans sa synthèse de presse « Gènéthique ».

En effet, dans un communiqué, le collectif de défense des personnes trisomiques « Les Amis d'Eléonore » s'est réjoui que le président de la République se soit fait l'écho, dans son discours à la Conférence nationale du handicap, de l'annonce qu'il avait fait paraître dans Le Parisien (cf. Synthèse du 08/06/11).

Nicolas Sarkozy a en effet évoqué la trisomie 21 et inscrit sa réflexion dans le débat bioéthique actuel, se disant convaincu que le progrès n'est pas « d'avancer vers une humanité toujours plus perfectionnée, selon un modèle unique rédigé en idéal (...) Nos difficultés, nos faiblesses, nos différences, sont finalement au coeur de ce qui nous rend plus humains et [elles] nous enrichissent ».

Il s'est également félicité de ce que le Gouvernement « s'est récemment opposé aux modifications que certains souhaitaient apporter aux lois de bioéthique ».

Pourtant, « il semble hélas que le Président de la République ait été mal informé », réagit le collectif qui note que le même jour, le Sénat a voté l'article 9 qui oblige tous les médecins et sages-femmes à informer les futures mères sur le risque encouru d'avoir un enfant trisomique 21. « En l'état, il [l'article 9] revient à dire à toutes les futures mères qu'il serait insupportable pour elles d'assumer la maternité d'un enfant atteint de trisomie 21. [...] En fait, l'article 9 du projet de loi de bioéthique revient à considérer qu'une personne trisomique est une erreur médicale », constate le Collectif.

Il considère que le projet de loi « manifeste ainsi un manque total de respect et de solidarité à l'égard des personnes trisomiques ». Il appelle donc le président à examiner cet article et à constater que celui-ci doit être revu s'il veut effectivement éviter « d'avancer vers une humanité toujours plus perfectionnée, selon un modèle unique rédigé en idéal ».

Source : Atlantico 11/06/11