France : saint Thomas d’Aquin fêté par les Dominicains de Toulouse

Un saint pour aujourd’hui

| 2272 clics

ROME, Jeudi 27 janvier 2011 (ZENIT.org) - Comme chaque année, les Dominicains de Toulouse fêteront saint Thomas d'Aquin (1225-1274) dont les reliques reposent depuis le 14e siècle dans la Ville Rose.

Ce vendredi 28 janvier, fête de saint Thomas et jour anniversaire de l'arrivée de ses reliques à Toulouse, les Dominicains célèbreront la messe avec l'institut catholique. La célébration eucharistique sera présidée par Mgr Robert Le Gall, archevêque de Toulouse, à 18h30 aux Jacobins, ancien couvent des frères prêcheurs.

La messe solennelle s'achèvera par une grande procession de la relique du crâne de saint Thomas dans l'église et dans le cloître des Jacobins.

Interrogé par ZENIT, le frère Augustin Laffay, prieur du couvent dominicain de Toulouse rappelle l'importance de saint Thomas dans la réconciliation entre foi et raison.

Sur les pas de saint Thomas, le frère Laffay évoque notamment le ministère d'enseignement prodigué aujourd'hui par de nombreux frères Dominicains, et leur engagement dans la revue thomiste, une des plus anciennes revues de théologie et à l'institut Saint Thomas d'Aquin de Toulouse qui forme des prêtres et des laïcs à l'école de saint Thomas.

« Nous pensons qu'il y a dans la méthode et dans les découvertes de saint Thomas un trésor qui est toujours vivant, toujours actuel », affirme-t-il.

« Ce n'est pas un saint du 13e siècle pour le 13e siècle », observe le frère Laffay, mais une figure très actuelle. « C'est pour cela qu'il a reçu le titre de ‘docteur commun' : c'est-à-dire qu'il a quelque chose d'universel ».

C'est au 14e siècle que le pape Urbain V donne les reliques de saint Thomas d'Aquin, religieux dominicain, à la ville de Toulouse où l'ordre des Prêcheurs est né un siècle plus tôt. Durant la Révolution, les reliques sont cachées dans l'église Saint-Sernin de Toulouse avant d'être replacées solennellement sous le maître autel des Jacobins en 1974.

Marine Soreau