France: "Une nouvelle dynamique toute orientée vers l’évangélisation"

Ad limina, discours de Jean-Paul II sur la vie du diocèse

| 269 clics

CITE DU VATICAN, Samedi 7 février 2004 (ZENIT.org) – Une nouvelle dynamique toute orientée vers l’évangélisation", c’est ce qu’espère Jean-Paul II pour l’Eglise de France, dans ce VIe discours aux évêques en visite ad limina, où il aborde la question du rôle des paroisses et des "missions fondamentales de la vie chrétienne".



"La vie de l’Eglise diocésaine", tel est en effet le thème du sixième discours de Jean-Paul II aux évêques de France, à l’occasion de leur visite ad limina : il a été remis par le pape aux évêques des provinces ecclésiastiques de Lyon et Clermont, lors de leur rencontre ensemble, samedi matin, 7 février.

Travailler longuement ensemble, prêtres et laïcs
"La redécouverte de la nature sacramentelle de l’Église, qui est aussi «communion missionnaire» (Christifideles laici, n. 32), doit donc s’exprimer dans une nouvelle dynamique toute orientée vers l’évangélisation", souligne le pape.

"Vos diocèses l’ont bien compris, se réjouit Jean-Paul II, en choisissant pour objet de leur réflexion synodale une perspective à visée missionnaire, comme la réorganisation pastorale du diocèse, l’évangélisation des jeunes ou la pastorale des sacrements. La mobilisation des énergies de tous sur un tel objectif permet de dégager des priorités pastorales concrètes, qui sont ensuite mises en œuvre plus facilement sur le terrain par tous les acteurs pastoraux".

"De même, le fait de travailler longuement ensemble, prêtres et laïcs, sur une question aussi décisive que l’avenir de la communauté chrétienne permet de se découvrir en profondeur, d’apprécier les implications et les rôles spécifiques des uns et des autres dans la vie de l’Église, et de mieux percevoir la communion ecclésiale qui met en valeur l’estime et la complémentarité des différences ainsi que le service commun du Christ et de nos frères dans une même foi", observe le pape.

Les sensibilités "plus traditionnelles": accueil réciproque
"Avec vous, je me réjouis des rassemblements diocésains que vous avez pu réaliser, notamment les rassemblements de jeunes auxquels vous portez, avec toute l’Église diocésaine, une attention particulière, continue Jean-Paul II. Ils permettent de mieux percevoir le sens de l’Église-communion, puisque ce sont des personnes venues de différents groupes, de différents lieux, de différentes sensibilités, qui sont appelées à se rencontrer pour faire route ensemble, comme le dit précisément l’étymologie du mot synode. J’appelle de mes vœux une unité et une cohérence toujours plus intenses autour des Pasteurs chargés de conduire le troupeau".

Jean-Paul II aborde une question encore sensible en France: "À ce propos, je sais que vous veillez à accueillir les groupes et les prêtres de sensibilités plus traditionnelles, et il est sans doute possible d’aller encore plus loin en ce sens. Il revient aussi aux membres de ces communautés plus traditionnelles de s’ouvrir aux autres réalités et sensibilités des Églises locales, pour prendre une part toujours plus active à la vie diocésaine, selon l’enseignement du Concile Vatican II. Comme tous leurs frères prêtres, les prêtres de ces communautés ont un rôle pastoral spécifique à jouer auprès des fidèles, en manifestant concrètement leur communion filiale avec l’Évêque, et ainsi avec l’Église universelle, et en se rendant disponibles aux appels pour la mission.

Jean-Paul II rappelle en outre la "nécessité vitale pour l’Église" de l fidélité "au sens de la mission" en atna que l’expression de l’«identité la plus profonde» de l’Eglise. Pour cela il recommande de "s’ouvrir à d’autres dimensions, en prêtant la plus grande attention aux phénomènes sociaux nouveaux et à tous les «aréopages modernes» ".

Le pape salue les initiatives en vue d’associer les " forces apostolique" en "mettant au service des diocèses les plus démunis des prêtres disponibles": "Puissent tous les prêtres auxquels des demandes semblables sont faites se rendre disponibles !", souhaitait le pape.

Dans un autre paragraphe, le pape insiste sur la mission plus lointaine en disant: "Les catholiques de France ont aussi une longue tradition missionnaire. Malgré les pauvretés actuelles, qu’ils n’oublient pas les contrées dans lesquelles leurs devanciers ont porté l’Évangile ! S’engager pour la mission à l’extérieur, loin d’appauvrir la paroisse ou le diocèse, leur donnera en retour une nouvelle force, liée au partage des dons".