France/Unité des Chrétiens: Pas de "communion" sans baptême

Réaction catholique à une décision du Synode réformé

| 1039 clics

ROME, Jeudi 26 juillet 2001 (Zenit.org) - Par le communiqué de presse ci-dessous le P. Stanislas Lalanne, porte-parole de la conférence des évêques de France, explique la réaction catholique à une décision du Synode réformé sur l´admission éventuelle "à la Sainte Cène" de personnes non-baptisées.



Communiqué de Presse : Unité des chrétiens

Par la voix de son président, Mgr François Saint Macary, archevêque de Rennes, la Commission épiscopale pour l´unité des chrétiens, vient de réagir officiellement aux décisions du Synode Réformé tenu à Soissons les 24-27 mai dernier, par un texte rendu public aujourd´hui.

En effet, l´Eglise Réformée de France, prenant acte des situations de plus en plus variées des sympathisants qui cherchent à rejoindre ses rangs, a décidé que, dans des cas exceptionnels, il n´était pas impossible, au cours d´un accompagnement adéquat, que des personnes accèdent à la Sainte Cène avant d´avoir été baptisées. Ce type d´exception pourrait concerner aussi des enfants en cours de formation.

La Commission épiscopale fait entendre que l´exception invoquée ici ne peut, à ses yeux, suffire pour ouvrir une telle perspective. Elle lui paraît contraire à ce que l´Eglise lit dans les Écritures et dans sa tradition bimillénaire.

La Commission fait entendre que prendre de telles dispositions à partir de la prise en compte pastorale de données d´ordre psychosociologique ne fait droit ni à la théologie du baptême ni à celle de l´Eglise.

Elle constate que cela fait apparaître de réelles divergences dans nos conceptions de l´Eglise et des sacrements.

Elle souligne, en particulier, que c´est l´appartenance au peuple chrétien célébrant, au titre du sacerdoce universel, l´eucharistie qui donne accès à celle-ci. Il ne s´agit en rien de la consommation, comme de l´extérieur, d´un repas communautaire dont on ne comprendrait pas le sens et la portée.

La Commission estime de son devoir œcuménique d´exprimer une forte interpellation et souhaite donc un approfondissement du dialogue sur les questions en cause qui lui paraissent toucher les fondements de l´unité entre les chrétiens.

Père Stanislas LALANNE
Porte-Parole de la Conférence des évêques de France