Fraternité Saint-Pie X : Restructuration imminente de Ecclesia Dei

Menace de nouvelles excommunications en Allemagne

| 4829 clics

ROME, Mardi 16 juin 2009 (ZENIT.org) - L'annonce que la Congrégation pour la doctrine de la foi supervisera désormais les discussions avec la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X est imminente, affirme son supérieur général.



Mgr Bernard Fellay a révélé à ZENIT que la congrégation l'avait informé de la publication imminente, d'ici le 20 juin, d'une déclaration de Benoît XVI sous forme de "motu proprio" (de sa propre initiative), sur la nouvelle structure de Ecclesia Dei.

L'évêque a confirmé avoir rencontré, le 5 juin dernier, le cardinal William Levada, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

Au cours d'une visite qu'il a effectuée ce lundi à Toronto, le supérieur général a expliqué que la Commission pontificale Ecclesia Dei, mise en place précisément pour superviser le processus de « guérison » de la fracture qui s'est créée entre la Fraternité et l'Eglise, continuera à être une entité distincte au sein du dicastère de l'Eglise pour les questions doctrinales.

Mgr Fellay a précisé qu'il est probable que le responsable exécutif d'Ecclesia Dei soit un membre de la Congrégation pour la doctrine de la foi. « De cette façon, elle sera unie étroitement avec la Congrégation », a-t-il ajouté.

Mgr Fellay avait été excommunié, ainsi que trois autres évêques ordonnés par Mgr Marcel Lefebvre en 1988 sans l'approbation du Vatican. Fin janvier, Benoît XVI a levé cette sanction.

Cependant, la Fraternité de Saint Pie X n'a pas encore le statut canonique requis pour l'exercice légitime du ministère. L'octroi de ce statut, comme l'a précisé le souverain pontife dans une lettre aux évêques du monde entier publiée en mars, est conditionné à l'acceptation par la Fraternité de l'autorité du Concile Vatican II et du magistère post-conciliaire des papes.

Depuis l'année 2000, la commission pontificale a été dirigée par le cardinal Dario Castrillón Hoyos, que Mgr Fellay décrit comme « très amical » à l'égard de la Fraternité. L'évêque a indiqué que, même après sa rencontre, le 5 juin, avec le cardinal Levada, il ne peut dire avec certitude de quelle façon les changements prévus affecteront les négociations avec le Vatican.

« Je ne le connais pas [le cardinal Levada] assez pour répondre à la question. [...] Lorsque nous avons été reçus, il y a eu beaucoup de courtoisie. Il s'est montré aimable. [...]Franchement, je ne sais pas s'il y aura un réel changement et quel sera-t-il ».

Nouvelles excommunications

Le plus urgent pour la nouvelle direction de Ecclesia Dei sera d'éviter une nouvelle série d'excommunications. Le 27 juin, l'évêque lefebvriste Alfonso de Galaretta devrait ordonner trois prêtres et trois diacres au séminaire de la fraternité à Zaitzkofen, en Bavière (Allemagne). Mgr Gerard Muller, de Ratisbonne, a averti la Fraternité que, tant que la question du statut canonique ne sera pas réglée, les ordinations ne seront pas autorisées, et seront donc passibles d'actions disciplinaires.

« Notre évêque attend de Rome un conseil sur la réponse à donner » a déclaré, début juin, un porte-parole diocésain, Jakub Schotz. « Mais il est quasiment certain que cela finira par des excommunications pour ces prêtres et l'évêque qui procède à leur ordination ».


Mgr Fellay a fait savoir que la Fraternité Saint-Pie X a déjà reporté des ordinations sous-diaconales à Ratisbonne au début de cette année et que, selon lui, le Vatican à présent « n'a pas de problèmes de fond » concernant les prochaines ordinations sacerdotales.

« Nous avons besoin de respirer, a-t-il invoqué pour défendre le fait que la Fraternité continue à administrer les sacrements. Et, en définitive, si le pape a été assez bon pour lever les excommunications, c'est qu'il ne souhaite pas notre mort ».

La Fraternité envisage de procéder aux ordinations, même si Mgr Fellay craint que de nouvelles excommunications pourraient « tout remettre en cause » et faire échouer les discussions de la Fraternité avec la Congrégation pour la doctrine de la foi. Les condamnations sans ambiguïté, par la Fraternité, du Concile Vatican II, en particulier concernant les affirmations du concile sur la liberté religieuse, l'oecuménisme et la séparation entre l'Eglise et l'Etat seront au centre de ces entretiens.

Si le supérieur général d'origine suisse préfère régler ces questions doctrinales avant d'accepter le statut canonique dans l'Eglise, il insiste néanmoins sur son ouverture à un compromis provisoire avec le Vatican.

« Si Rome nous donne des garanties suffisantes de survie, en quelque sorte, je pense que nous prendrons certainement en considération la question », a-t-il déclaré.

Kris Dmytrenko


Kris Dmytrenko est producteur associé au réseau de télévision Salt and Light (Sel+Lumière), à Toronto. Le dimanche 28 juin, Salt and Light transmettra une interview exclusive de Mgr Bernard Fellay, dans un épisode de la série Witness (Témoin), présenté par le père Thomas Rosica, CSB.