Frère Alois offre une bible en chinois à Benoît XVI

Audience annuelle au prieur de la communauté de Taizé

| 1234 clics


ROME, Lundi 26 avril 2010 (ZENIT.org) - Le prieur de la Communauté de Taizé, Frère Alois, a été reçu par Benoît XVI au Vatican jeudi 22 avril et a offert au pape une bible en chinois : Taizé en a distribué un million. 

D'origine allemande, mais de nationalité française, frère Aloïs peut converser dans les deux langues avec le pape Ratzinger qu'il a rencontré au lendemain de son élection et régulièrement depuis lors : cinq fois en cinq ans de pontificat. 

Frère Alois a fait un voyage de trois semaines en Chine et a remis au pape un exemplaire de la Bible que Taizé a fait imprimer et distribuer en Chine : un million d'exemplaires à travers tout le pays. 

Dans sa « Lettre de Chine », frère Alois dit en effet : « Comme signe d'amitié et de reconnaissance envers les chrétiens de Chine, notre communauté de Taizé, à travers l'« Opération Espérance », a fait imprimer en 2009 un million de bibles et les a fait distribuer dans toutes les régions du pays ». 

En effet, lors de la rencontre européenne qui a rassemblé 40.000 jeunes à Bruxelles fin 2008, frère Alois avait annoncé que, répondant aux besoins des chrétiens de Chine, la communauté de Taizé allait faire imprimer en Chine un million de bibles : 200.000 bibles complètes et 800.000 Nouveaux Testaments avec les Psaumes. L'impression a été faite à Nanjing et de là, ces livres ont été acheminés par étapes successives à travers le pays, tout au long de l'année 2009. 

En 2009, la communauté de Taizé  a soutenu aussi le travail biblique de l'Eglise protestante en Chine. Ce soutien se poursuivra en 2010 et 2011. 

Alors que la XXVe Journée mondiale de la jeunesse vient d'être célébrée à Rome lors des Rameaux, frère Alois a évoqué également le ministère de Taizé auprès des jeunes en soulignant le charisme de prière :  « Nous faisons tout pour que les jeunes découvrent une relation personnelle avec Dieu ».  

Il souligne aussi l'importance de susciter la « co-responsabilité » des jeunes dans la « communion » de l'Eglise. 

Mais la prière a aussi pour Taizé, souligne le prieur, une dimension œcuménique, de façon à donner aux jeunes chrétiens des occasions de prier ensemble. 

Et puis, à propos du « pèlerinage de confiance » à travers les continents, le prieur de Taizé a évoqué les rassemblements de jeunes en Pologne, à Poznan (déc. 2009), mais aussi aux Philippines, à Manille (fév. 2010), au Vietnam, au Portugal, et les projets du Chili, à Santiago (8 au 12 décembre 2010), et des Pays-Bas, à Rotterdam (28 décembre 2010 - 1er janvier 2011).  

Par ces rencontres au Vatican, frère Aloïs suit les pas du fondateur de Taizé, frère Roger, qui lui aussi rencontrait chaque année Jean XXIII, Paul VI et Jean-Paul II. 

Dès les premiers mois de son nouveau ministère, accompagné d'autres frères, frère Alois, est aussi allé rendre visite à d'autres responsables chrétiens : au patriarche œcuménique Bartholomaios de Constantinople, aux membres du Conseil œcuménique des Églises réunis à Porto Alegre (Brésil), au défunt patriarche orthodoxe russe Alexis II, et à l'archevêque de Cantorbéry, Dr Rowan Williams. 

« Par ces visites, je voudrais montrer qu'avec mes frères nous cherchons passionnément la communion entre les chrétiens. A Taizé nous voudrions contribuer à donner une visibilité plus grande à la communion qui, dans le Christ, existe déjà entre tous les baptisés », a expliqué à ce propos frère Alois. 

Anita S. Bourdin