Fruits de l’action du pape « extirper la plaie des abus »

Note du directeur général de Radio Vatican

| 2163 clics

ROME, Dimanche 28 mars 2010 (ZENIT.org) - L'action du pape Benoît XVI et de la Congrégation pour la doctrine de la foi, mais aussi des épiscopats pour « combattre » la « plaie des abus » et les « extirper » a déjà obtenu des résultats positifs, déclare le P. Lombardi, sj.

L'Osservatore Romano en italien de ce 28 mars 2010 publie des extraits de cette « Note du directeur général de Radio Vatican » diffusée samedi 27 mars sur Radio Vatican en italien sous le titre : « A la veille de la Semaine Sainte ».

Pour le P. Lombardi, « un observateur non superficiel ne manquera pas de se rendre compte que l'autorité du pape et l'engagement intense et cohérent de la Congrégation pour la doctrine de la foi ne sortent pas affaiblis mais confirmés dans le soutien et l'orientation donnée aux épiscopats pour combattre et extirper la plaie des abus ».

Il relève des « signes positifs » arrivés de différents évêques et d'institutions catholiques du monde et il mentionne « les directives pour la gestion correcte et la prévention des abus, rappelées, mises à jour et renouvelées en Allemagne, en Autriche, au Canada,... ».

Il cite comme une « bonne nouvelle » la diminution de 30 % du nombre de plaintes pour abus enregistrées l'an dernier aux Etats-Unis, preuve que les mesures appliquées « se révèlent efficace », d'après le rapport annuel de l'Eglise des Etats-Unis sur la mise en application des normes contre la pédophilie.

« Sans entrer dans les détails, indique le P. Lombardi, on doit reconnaître que les mesures décidées et en cours d'application se sont révélées efficaces ». « L'Eglise des Etats-Unis a pris la bonne voie pour se renouveler », souligne le porte-parole du Saint-Siège.

Le P. Lombardi insiste sur la nécessité de « la purification de la mémoire ». Il fait observer qu'il s'agit non de cas récents, mais de cas « survenus généralement il y a un certain temps, voire il y a des décennies, mais les reconnaître et faire amende honorable auprès des victimes est le prix du rétablissement de la justice et de cette « purification de la mémoire » qui permet de regarder vers l'avenir avec un engagement renouvelé et ensemble avec humilité et confiance ».

Pour ce qui est de l'acharnement de certaines publications aux Etats-Unis ou en Allemgagne notamment, le P. Lombardi estime que ce n'est pas « surprenant » car « le sujet est d'une telle nature qu'il attire de lui-même l'attention des media, et la façon dont l'Eglise l'affronte est cruciale pour sa crédibilité morale ».

C'est « avec humilité et confiance, en esprit de pénitence et d'espérance que l'Eglise entre maintenant dans la Semaine Sainte et demande la miséricorde et la grâce du Seigneur qui souffre et ressuscite pour tous », conclut le P. Lombardi.

Anita S. Bourdin