Funérailles de sr Leonella au Kenya et hommage à son garde musulman

Récit de Misna

| 1266 clics

ROME, Jeudi 21 septembre 2006 (ZENIT.org) – Les funérailles de la religieuse catholique de 66 ans, tuée en Somalie avec un garde du corps dimanche dernier, 17 septembre, à la sortie de l’hôpital pédiatrique ‘Sos’ de Mogadiscio, Sœur Leonella Sgorbati, ont eu lieu aujourd’hui au Kenya.



Le cercueil de la religieuse de la Consolata a été transporté vers le cimetière de Nazareth, dans la localité de Riara Ridge, à une trentaine de kilomètres de Nairobi, la capitale kenyane.

Une cérémonie s’est tenue également dans la Maison généralice de la congrégation en Italie, à Nepi, dans la province de Viterbe (Latium) : L’agence missionnaire italienne Misna était là.

« Nous avons voulu célébrer ce moment pour nous sentir unies à nos consoeurs présentes à Nairobi » a dit à Misna la supérieure générale de la Consolata Sœur Gabriella Bono. En parlant de la figure de Sœur Leonella, la supérieure a dit ce matin lors de la célébration à Nepi: « Sa mort n’est pas un accident de parcours, mais scelle la vie de Sœur Leonella et des quatre autres consoeurs Marzia, Annalisa, Maria Bernarda et Gianna Irene, qui vivent leur martyre quotidien en Somalie depuis 16 ans, surtout au service des plus faibles, des plus exposés aux violences, à savoir les mamans et les enfants ».

Lors de la cérémonie, le Somalien père de quatre enfants qui travaillait comme garde des sœurs, lui aussi tué dans une tentative risquée de protéger la religieuse des coups d’arme à feu, Moahmed Mahamodu a également été évoqué. « Il s’agit d’un geste superbe – ajoute la supérieure de la Consolata – qui nous prouve à quel point il est possible de dépasser les barrière du don de soi : elle chrétienne, lui musulman. Ils ont tous deux versé leur sang pour la Somalie ».

Un sacrifice, a encore déclaré Sœur Gabriella Bono à Misna, qui « nous indique les voies de la réconciliation et du dialogue, dans la certitude qu’en unissant nos forces, les hommes et les femmes de toutes les religions pourront construire la fraternité, la réconciliation et la paix ». La messe a été célébrée par Père Achilleo Fiorentini, supérieur général des missionnaires de la Consolata, avec la participation d’une dizaine de prélats du diocèse de Civita Castellana et de nombreuses consoeurs de Sœur Leonella, des laïcs de la Consolata, des étudiants et des novices, des amis.

Au même moment à Nairobi, des centaines de personnes ont participé aux funérailles, avec une cérémonie célébrée par Mgr Giorgio Bertin, administrateur apostolique de la Somalie, dans le Sanctuaire de la Consolata de Nairobi, dans le centre ville. Le cercueil sera déposé dans le petit cimetière qui se trouve près du ‘Nazareth Hospital’, une structure sanitaire mise sur pied par les sœurs de la Consolata et cédée il y a six ans à une congrégation de sœurs indiennes. « Sœur Leonella fut personnellement engagée dans ce passage » explique encore la supérieure. Pour se souvenir des plus de 30 années que Sœur Leonella a passées au Kenya, à Nepi aussi des chants en langue kiswahili ont ponctué la cérémonie, une langue que la missionnaire connaissait bien.

Dans une lettre écrite il y a quelques années, la religieuse tuée à Mogadiscio racontait : « Nous chantons ‘je t’ai tout donné’, je voudrais que ce soit vrai ».