Gaza : risque de fermeture pour les écoles chrétiennes

La séparation entre filles et garçons

Rome, (Zenit.org) Océane Le Gall | 544 clics

A Gaza - Territoires palestiniens - une loi entend instaurer la séparation des garçons et des filles dans les écoles pour la rentrée prochaine. Cinq écoles chrétiennes dont trois écoles catholiques sont menacées de fermeture (ainsi que des écoles tenues par l’Onu). Le Patriarche latin de Jérusalem déplore cette perspective et compte rencontrer les grands responsables du Hamas dont le Ministre de l’Education pour arriver à « une solution pour le bien des élèves. » 

Dans la bande de Gaza, les écoles publiques appliquent déjà le principe de non-mixité des classes à partir de l’âge de 9 ans. Avec la nouvelle loi, les établissements privés sont donc directement ciblés car ces écoles ont des effectifs mixtes à Gaza. Les trois écoles catholiques de la bande de Gaza accueillent 1 500 élèves. Une école est tenue par les sœurs du rosaire, alors que les autres sont sous la direction du Patriarcat latin.

Pour le Patriarche, « une telle décision est une grave préoccupation ». Matériellement, il y a un problème de place, d’organisation et de professeurs. « En plus de devoir trouver de nouveaux espaces pour doubler les classes, nos écoles devraient embaucher plus de personnel. Nous n’en avons pas les moyens », a déclaré le Patriarche. Car, il faut savoir aussi que les hommes et les femmes ne sont pas autorisés à enseigner à des élèves du sexe opposé au-delà de l’âge de dix ans. Mgr Fouad Twal estime qu’il n’ira « jamais dans ce sens-là » et qu’il ne peut « pas être d’accord. » 

Mgr Fouad Twal, espère pouvoir s’entretenir de ce sujet avec les ministres de la bande de Gaza (dont celui de l’Education). « Cette décision n’émane pas des hautes autorités, elle vient d’un conseiller. C’est pourquoi je vais me rendre à Gaza en compagnie du Directeur des écoles de Palestine (le père Faysal Hijazen) à la première occasion et trouver avec les responsables du Hamas une solution pour le bien des élèves. »

« Les écoles ont une valeur interreligieuse et sociale de grande importance », a souligné le patriarche, et les écoles catholiques « un moyen pour aider les chrétiens à rester dans la région »

« Nous croyons en l’importance de l’éducation dans les écoles où on apprend l’ouverture aux autres. Les enfants qui apprennent et jouent ensemble à l’école gagnent la vertu du dialogue pour le futur », a-t-il conclu.

(Source: http://fr.lpj.org/2013/06/19/risque-de-fermeture-des-ecoles-chretiennes-a-gaza/  20/06/2013)