Ghana : Le gouvernement allemand répond à l’appel des évêques

La population frappée par les inondations

| 1350 clics

ROME, Vendredi 23 septembre 2007 (ZENIT.org) – Le gouvernement allemand accueille l’appel lancé par les évêques du Ghana en faveur des populations touchées par les inondations, indique l’agence vaticane Fides.



Face à la situation humanitaire grave créée par les inondations dans trois régions du nord du Ghana, l’Eglise catholique a lancé un appel à la solidarité internationale. L’un des premiers pays à répondre a été l’Allemagne qui, à travers son ambassadeur à Accra, le Dr. Marius Haas, a délivré un chèque de 50 000 euro à Mgr Charles Palmer-Buckle, archevêque d’Accra et Vice-président de la Conférence épiscopale du Ghana.

« La somme donnée est suffisante pour fournir de la nourriture pendant deux semaines à 21.000 personnes qui se trouvent dans des conditions très difficiles à cause des inondations », rapporte à l’agence Fides Benedict Assorow, responsable des communications de la conférence épiscopale du Ghana.

Recevant le don, Mgr Palmer-Buckle a remercié le gouvernement et la population de l’Allemagne pour avoir répondu rapidement à l’appel de l’Eglise qui a honoré « la noble proposition de contribuer à soulager les souffrances des victimes des inondations ».

La distribution des aides est réalisée par le diocèse de Navrongo-Bolgatanga. « La Conférence épiscopale du Ghana a lancé une collecte de fonds pour continuer le programme d’aides dans des zones touchées, en collaboration avec certaines Organisations Non Gouvernementales de manière à intégrer les efforts du gouvernement du Ghana », déclare Benedict Assorow.

Selon un bilan provisoire, les inondations ont provoqué la mort de 31 personnes dans l’Upper East Region. La destruction de 20.000 maisons a rendu 95.000 personnes sans-abri. Certains ont trouvé refuge auprès des écoles et dans des centres communautaires, d’autres vivent chez des amis et des parents dont les maisons ont été épargnées par les eaux. Mais il y a également de nombreuses personnes contraintes à vivre dehors.

Les inondations commencées le mois dernier ont provoqué des dégâts très sérieux à l’agriculture, à la sécurité alimentaire, au réseau routier, au système hydraulique et ils ont compromis sérieusement la santé des populations du nord du Ghana.

Dans la seule Upper Region, 12.000 hectares de terres cultivables, qui produisaient 14.000 tonnes de céréales, ont été détruits. De plus, 11 000 troupeaux ont été perdus dont des chèvres, des moutons et des bovins.

Une délégation de 20 membres d’agences des Nations Unies (comme le Programme de Développement des Nations Unies, le Programme Alimentaire Mondial et l’UNICEF) et de l’Union européenne a visité les zones concernées par les inondations pour évaluer les dégâts et lancer des programmes d’aide, en collaboration avec le gouvernement du Ghana.

Au Ghana, 260.000 personnes sont touchées par les inondations qui ont concerné différentes zones de l’Afrique (cf. Fides 20 septembre 2007). Sur tout le continent, les pluies ont provoqué 250 morts et 1 million et demi de personnes ont perdu leur habitation. Les pluies se sont abattues au moment où les agriculteurs commençaient la récolte, avec des conséquences dévastatrices pour la sécurité alimentaire de différents villages.