"Globalisation et enseignement supérieur catholique", congrès

| 1133 clics

CITE DU VATICAN, Jeudi 28 novembre 2002 (ZENIT.org) - "Globalisation et enseignement supérieur catholique" c'est le titre d'un congrès international organisé par la congrégation romaine pour l'Education catholique et la Fédération internationale des Universités catholiques. Ce congrès aura lieu au Vatican du 2 au 6 décembre.



Le projet a été présenté au Vatican ce jeudi par le préfet pour l'Education catholique, le Cardinal Zenon Grocholewski, par son secrétaire, Mgr Giuseppe Pittau, jésuite, le P. Jan Peters, jésuite également, et Mgr Guy-Réal Thivierge, Président et Secrétaire de la Fédération des Universités catholiques.

On compte actuellement 950 universités catholiques de par le monde, dans lesquelles sont inscrits 3 millions 800 mille étudiants: beaucoup ne sont pas catholiques.

Le thème de la globalisation "n'est étranger ni au monde catholique ni à ses universités", soulignait Mgr Pittau, et "l'université devrait former des citoyens responsables et compétents qui, par l'exemple et la parole, favorisent une globalisation en mesure de respecter l'homme dans son intégrité".

Le premier jour du congrès, le 2 décembre, abordera les "rapports de la globalisation avec les valeurs chrétiennes dans le contexte de l'éducation catholique", expliquait Mgr Thivierge.

Le deuxième jour sera consacré aux rapports entre globalisation et valeurs chrétiennes dans l'enseignement supérieur catholique. Il comprendra aussi une vidéo-conférence à laquelle prendront part, depuis Paris, plusieurs Directeurs de l'UNESCO et d'anciens Ministres de l'éducation. Ils pourront dialoguer avec les Recteurs rassemblés dans la Salle du Synode. Les travaux seront entrecoupés par la diffusion d'extraits de discours de Jean-Paul II sur la globalisation.

Le troisième jour du congrès sera réservé aux propositions d'action dans le milieu universitaire catholique.

La Fédération internationale des Universités catholique (FIUC) regroupe, soulignait le P. Peters, président, 200 membres d'importantes universités de recherche aux Etats-Unis, en Europe et au Japon, mais aussi de jeunes institutions en Afrique, sans grandes ressources.

Certaines Universités ont pour fonction principale le développement de la science ou de l'économie. En Inde, l'Université catholique veut garantir un avenir à ceux qui sont sans privilèges ou victimes de la globalisation.

Le congrès sera aussi l'occasion de renforcer la communion entre le monde universitaire et l'Eglise: c'est ce que Jean-Paul II a encouragé dans la constitution apostolique consacrée aux Universités catholiques, "Ex Corde Ecclesiae", qui souligne l'importance de la "confiance réciproque".

Ont également pris part à la présentation, plusieurs Recteurs d'université, des responsables de Conférences épiscopales chargés de l'enseignement venant du Kenya, de République démocratique du Congo, d'Argentine, d'Australie, d’Allemagne, des Pays-Bas et de Hongrie, ainsi que des membres de Fondations de soutien aux Universités et de divers dicastères romains.