Grégorios III rend hommage à Shenouda III

La force spirituelle et l'élan pastoral du monachisme copte

| 1244 clics

ROME, jeudi 22 mars 2012 (ZENIT.org) – Shenouda III a été "le patriarche de la plus grande Eglise orthodoxe du Moyen-Orient ", fait observer le patriarche Grégorios III.

Dans ce message, en date du 19 mars, à l’occasion de la mort du patriarche copte orthodoxe Shénouda III, le patriarche grec-melkite Grégorios III salue « la force spirituelle et l’élan pastoral du monachisme copte ». 

« Nous perdons un ami avec lequel nous étions liés depuis de très longues années, rappelle-t-il. Déjà dans les années 60 et avant son élection à la tête de son Eglise en 1971, celui qui sera le futur Shenouda III, collaborait à notre revue œcuménique Al Wahda fil Iman (L’Unité dans la Foi), lui apportant sa vision toujours lucide et profonde. »

Tout juste rentré d’une tournée de plus de quinze jours des conférences épiscopales et des chancelleries européennes, Grégorios III, patriarche d’Antioche et de tout l’Orient, d’Alexandrie et de Jérusalem a quitté Beyrouth pour Le Caire où il a participé, le 20 mars, aux funérailles nationales de Shenouda III exprimant ainsi l’attachement et la proximité de l’Eglise grecque-Melkite avec l’Eglise copte orthodoxe.

« Shenouda III a été le patriarche de la plus grande Eglise orthodoxe du Moyen-Orient incarnant en sa personne toute l’histoire de son Eglise », a déclaré Grégorios III avant de saluer « la présence de l’Eglise copte dans ce monde arabe, sa force spirituelle, son monachisme et son élan pastoral que Shénouda III incarnait si parfaitement. Cette Eglise, comme le disait Mgr Elias Zoghbi, longtemps vicaire patriarcal au Caire, est la seule Eglise non catholique à avoir su se renouveler sans jamais nier ses constantes. Nous tenons à saluer en particulier, les différents rapprochements et surtout les concrétisations dans des domaines aussi délicats qu’essentiels que le Concile de Chalcédoine ou encore l’Incarnation. Signe tangible de ce rapprochement entre l’Eglise copte orthodoxe et le Saint-Siège la signature le 10 mai 1973 à Rome de la Déclaration commune de Foi dans l’Incarnation du Fils de Dieu et la participation du pape Paul VI à la construction de la cathédrale Saint-Marc du Caire. »

« Shenouda III aura été un patriarche à la très haute pensée spirituelle qu’il a toujours su rendre accessible à tous par des prêches et des sermons restés dans les mémoires, servis par un esprit et un sens de l’humour tout à fait pharaonique et égyptien », ajoute le patriarche melkite.

Le patriarche Grégorios III a alors évoqué les célébrations de la Nativité de Notre-Seigneur au Caire selon la tradition copte auxquelles le patriarche melkite n’a jamais manqué depuis son élection au siège d’Antioche des Grecs-Melkites en 2001 et qui lui ont permis d’être chaque année aux côté de Shenouda III avant de joindre sa « prière à celle de toute l’Eglise copte orthodoxe pour le repos de l’âme de son regretté pasteur et que le Saint-Esprit éclaire les cœurs pour que le successeur désigné permette à l’Eglise copte de poursuivre sa mission toute particulière. »