Guinée Conakry : soutenir le modèle chrétien de la famille

Le pape exhorte les évêques

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 741 clics

« Je vous engage à soutenir les familles dont le modèle chrétien doit être proposé et vécu sans ambiguïté » : c’est l’exhortation du pape aux évêques de Guinée Conakry, ce 24 mars 2014.

Le pape François a rencontré les évêques de la Conférence épiscopale de Guinée, actuellement en visite « ad limina apostolorum », au Vatican.

Soutenir le modèle chrétien de la famille

Le pape a salué « le beau travail d’évangélisation qui s’accomplit en Guinée ». Rappelant que l’évangélisation « est l’œuvre de Jésus lui-même », il a invité à « ne pas se décourager » et à « garder confiance » : « vous n’êtes pas seuls puisque c’est tout votre peuple qui avec vous est missionnaire ».

Mais pour que l’annonce de l’Évangile porte du fruit, « toute l’existence doit être cohérente avec l’Évangile », a-t-il mis en garde, encourageant à « persévérer dans les efforts entrepris pour assurer la qualité de la formation » des laïcs.

« Je vous engage aussi à soutenir les familles dont le modèle chrétien doit être proposé et vécu sans ambiguïté, alors que la polygamie est encore répandue et les mariages mixtes (dispars) de plus en plus fréquents », a poursuivi le pape.

Chrétiens et musulmans : accepter la différence

« Vous avez également la tâche primordiale d’inviter les fidèles à prier et à vivre dans une authentique proximité avec Dieu, car c’est de la qualité de l’amour de Dieu que découle tout le dynamisme missionnaire », a-t-il ajouté.

Exhortant les laïcs à « témoigner de leur foi en s’engageant davantage dans la société » et à être « des artisans de paix et de réconciliation », il a appelé « à approfondir les relations avec les musulmans » du pays, qui représentent près de 70% de la population (les catholiques étant 2,7%).

Il s’agit « d’apprendre mutuellement à accepter des manières d’être, de penser et de s’exprimer différentes », a-t-il précisé.  

Le sacerdoce n’est pas un ascenseur social

« Les prêtres, eux aussi, doivent vivre en cohérence avec ce qu’ils prêchent, c’est la crédibilité même du témoignage de l’Église qui est en jeu », a poursuivi le pape : « Il est indispensable de tout faire pour susciter d’abondantes et solides vocations sacerdotales. »

Saluant l’ouverture récente du Grand Séminaire "Benoît XVI", il a appelé de ses voeux « un nouvel élan de la vie sacerdotale ».

Il a donné des repères pour la formation qui « doit offrir aux jeunes un chemin sérieux de croissance intellectuelle et spirituelle » : « les futurs prêtres apprendront à vivre en vérité les exigences du célibat ecclésiastique, ainsi que le juste rapport aux biens matériels, le refus de la mondanité et du carriérisme – car le sacerdoce n’est pas un moyen d’ascension sociale – de même que l’engagement réel aux côtés des plus pauvres », a conclu le pape.