Haïti : M. Guiteau, nouvel ambassadeur près le Saint-Siège

L'importance des structures de l'Eglise pour l'éducation des jeunes

| 850 clics

Anita Bourdin

ROME, vendredi 19 octobre 2012 (ZENIT.org) – M. Carl-Henri Guiteau, nouvel ambassadeur d’Haïti près le Saint-Siège, a remis ses lettres d’accréditation à Mgr Dominique Mamberti, Secrétaire pour les relations avec les états, jeudi 18 octobre.

Le 16 octobre, le synode des évêques a exprimé sa solidarité avec Haïti.

Haïti, comme le reste du monde, a besoin d’un « nouveau printemps spirituel » qui ouvre les hommes et les structures à l’Evangile et à Jésus-Christ, a pour sa part déclaré au synode l’évêque de Jacmel, Mgr Launay Saturné.

Mgr Saturné est intervenu à la 13ème congrégation générale du synode, mardi 16 octobre, au matin, centrant son discours sur  la nécessité  de « reconstruire et construire » l’homme en général, et l’homme haïtien en particulier, au-delà des malheurs physiques qui l’affligent cf. Zenit, 16 octobre 2012).

L’ambassadeur avait remis ses lettres de créance à Benoît XVI le 6 juillet 2009, au titre d'Envoyé extraordinaire et plénipotentiaire.

M. Guiteau a souligné « la force des liens spirituels tissés au fil des ans entre les populations et les congrégations religieuses qui se sont investies sans compter dans la formation des jeunes et l’encadrement des familles ». 


Pourtant, il a aussi évoqué les plaies du pays : la « violence politique », la « misère endémique », les jeunes « sans boussole », les familles « disloquées », les catégories sociales les plus vulnérables « victimes de la faim » et de « l’exclusion sociale ». 



Pour le diplomate, « les cris désespérés du peuple inquiet pour son avenir doit (...) interpeller les consciences nationales tout en s’appuyant sur la solidarité internationale » et conduire à lutter « auprès des plus démunis et des plus faibles ». 



Or, pour l’envoyé spécial le remède implique un changement de mentalité et pour cela une vraie « éducation ». Il estime que le rôle de l’Eglise dans ce domaine sera « fondamental » car « son réseau national lui offre la possibilité d’être proche des jeunes, des familles, des population ».



L’anniversaire du concordat offre, a-t-il souligné, « l’opportunité au peuple chrétien d’Haïti et à son Eglise de refonder leur foi dans la quête de réponses durables au mal-être doublement séculaire du pays haïtien ».