Heure sainte pour le jeudi 6 juin, veille du Sacré-Coeur

Hommage à  Benoît XVI: ses paroles sur le Coeur de Jésus

Rome, (Zenit.org) | 823 clics

Les chapelains du sanctuaire du Coeur du Christ de Paray-le-Monial (France, http://www.sanctuaires-paray.com) proposent aux lecteurs de Zenit cette méditation pour "l'Heure sainte" du jeudi 6 juin, veille de la fête du Coeur sacré de Jésus. Un hommage à Benoît XVI, avec ses paroles sur le Cœur de Jésus.

Exposition du Saint-Sacrement

Chant :

Seigneur Jésus, tu es présent dans ton Eucharistie. Dans cette hostie nous t’adorons et nous te magnifions.

Toi qui es Dieu, toi qui es roi, tu nous as tout donné. Tu es le Christ, tu es l’Agneau  Immolé sur la croix.

Dans ta passion tu as porté chacun de nos péchés. Ton sang versé nous a lavés et nous a rachetés.

I- Jésus disait à Nicodème : « Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle. Car Dieu n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. » (Jean 3)

La foi nous montre le Dieu qui a donné son Fils pour nous et suscite ainsi en nous la certitude victorieuse qu’est bien vraie l’affirmation: Dieu est Amour. De cette façon, elle transforme notre impatience et nos doutes en une espérance assurée que Dieu tient le monde entre ses mains et que malgré toutes les obscurités il triomphe, comme l’Apocalypse le révèle à la fin, de façon lumineuse, à travers ses images bouleversantes. La foi, qui prend conscience de l’amour de Dieu qui s’est révélé dans le cœur transpercé de Jésus sur la croix, suscite à son tour l’amour. Il est la lumière – en réalité l’unique – qui illumine sans cesse à nouveau un monde dans l’obscurité et qui nous donne le courage de vivre et d’agir. L’amour est possible, et nous sommes en mesure de le mettre en pratique parce que nous sommes créés à l’image de Dieu. Voici à quoi je voudrais vous inviter: vivre l’amour et de cette manière faire entrer la lumière de Dieu dans le monde. (Encyclique « Deus Caritas est »)

Silence

Chant :

R- Dieu a tant aimé le monde  qu’il nous a donné son Fils,

Non pour juger mais sauver le monde, qui croit en lui recevra la vie. (Bis)

II- « Le dernier jour de la fête, le grand jour, Jésus, debout, s'écria : "Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi, et qu'il boive, celui qui croit en moi !" selon le mot de l'Ecriture : De son sein couleront des fleuves d'eau vive. Il parlait de l'Esprit que devaient recevoir ceux qui avaient cru en lui » (Jean 7)

Nous avons pu fixer notre regard sur Celui qui a été transpercé, reconnaissant le dessein du Père qui, mû par l'amour, a envoyé son Fils unique dans le monde pour racheter l'homme. Mourant sur la croix, Jésus – comme le souligne l’Évangéliste – «remit l'esprit», prélude du don de l’Esprit Saint qu’il ferait après la résurrection. Se réaliserait ainsi la promesse des «fleuves d'eau vive» qui, grâce à l’effusion de l’Esprit, jailliraient du cœur des croyants. En effet, l’Esprit est la puissance intérieure qui met leur cœur au diapason du cœur du Christ, et qui les pousse à aimer leurs frères comme Lui les a aimés quand il s’est penché pour laver les pieds de ses disciples et surtout quand il a donné sa vie pour tous. (Ibid.)

Silence

Chant :

R- Voici ce cœur, qui a tant aimé les hommes. Voici ce cœur qui s’est livré pour le monde.

Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive, celui qui croit en moi,

Selon le mot de l’Écriture : “De son sein couleront des fleuves d’eau vive. ”

III-« Venus à Jésus, quand ils virent qu’il était déjà mort, [les soldats] ne lui brisèrent pas les jambes, mais l'un des soldats, de sa lance, lui perça le côté et il sortit aussitôt du sang et de l'eau. Celui qui a vu rend témoignage - son témoignage est véritable, et celui-là sait qu'il dit vrai - pour que vous aussi vous croyiez.  Car cela est arrivé afin que l'Écriture fût accomplie : Pas un os ne lui sera brisé. Et une autre Écriture dit encore : Ils regarderont celui qu'ils ont transpercé. » (Jean 19)

Chers frères et sœurs, regardons le Christ transpercé sur la Croix! Il est la révélation la plus bouleversante de l'amour de Dieu. Sur la Croix c'est Dieu lui-même qui mendie l'amour de sa créature: Il a soif de l'amour de chacun de nous. L'apôtre Thomas reconnut Jésus comme "Seigneur et Dieu" quand il mit la main sur la blessure de son flanc. Il n'est pas surprenant  que, à travers les saints, beaucoup aient trouvé dans le Cœur de Jésus l'expression la plus émouvante de ce mystère de l'amour. […] Regardons avec confiance le côté transpercé de Jésus, d'où jaillissent "du sang et de l'eau" (Jn 19, 34)! Les Pères de l'Eglise ont considéré ces éléments comme les symboles des sacrements du Baptême et de l'Eucharistie. Avec l'eau du Baptême, grâce à l'action du Saint Esprit, se dévoile à nous l'intimité de l'amour trinitaire. Le sang, symbole de l'amour du Bon Pasteur, coule en nous tout spécialement dans le mystère eucharistique: "L'Eucharistie nous attire dans l'acte d'offrande de Jésus... nous sommes entraînés dans la dynamique de son offrande" (Message pour le Carême, 2007)

Silence

Chant :

Quand les soldats vinrent à Jésus, il était déjà mort. L’un d’eux avec sa lance lui perça le côté.

Et aussitôt il en sortit du sang et de l’eau. “Ils regarderont vers celui qu’ils ont transpercé. ” 

R- Voici ce cœur

Tantum ergo – Bénédiction du Saint Sacrement – Louanges divines – Salve Regina