Hommage à Jean-Paul II : Plus d’un million de personnes déjà

| 974 clics

CITE DU VATICAN, Mercredi 6 avril 2005 (ZENIT.org) – Plus d’un million de personnes ont déjà rendu hommage à Jean-Paul II dans la basilique Saint-Pierre.



En effet, selon les statistiques publiées à la fois par la « Protection civile », la municipalité et la préfecture de Rome, environ un million de personnes ont franchi le seuil de la basilique Saint-Pierre pour un dernier hommage au défunt pontife romain. On estime que par heure, ce sont quinze à dix-huit mille personnes qui font le pèlerinage.

Deux colonnes partant de la droite et de la gauche de la rue de la conciliation y confluent désormais sous un soleil assez intense : la protection civile a prévu des montages de petites bouteilles d’eau pour cette foule immense.

Des itinéraires préférentiels sont réservés aux malades et aux personnes handicapées, ainsi qu'aux évêques.

Et le nombre des personnes admises ensemble dans la basilique a été augmenté.

Pourtant, un calme impressionnant règne dans la foule ainsi qu'un grand esprit de solidarité et de service.

Après avoir passé la nuit – douze voire quinze heures - à attendre pour rendre un dernier hommage à Jean-Paul II dans la basilique, les jeunes ouvrent paisiblement leurs sacs à dos pour refaire leurs forces avec les sandwichs apportés de chez eux.

Tout au long de cette lente procession, des écrans géants retransmettent en permanence ce qui se passe dans la basilique ou sur la place Saint-Pierre, ainsi que des prières et des méditations, des chants religieux en différentes langues, ou de la musique qui rappelle les heureux jours des Journées mondiales de la jeunesse, qui réjouissaient tant le défunt pontife romain.

Un cardinal, à peine sorti de congrégation, mais tenu au secret, recommande simplement, en hommage à Jean-Paul II : « Le Saint-Père s’est éteint dans une très grande sérénité ». Puis il ajoutait : « Maintenant, nous devons l’imiter ».

Un groupe de Luxembourg vient de rendre hommage à Jean-Paul II et descend la rue de la Conciliation, entourant son archevêque, Mgr Fernand Franck. Devant ce spectacle inouï de la foule immense remontant en colonne cette artère où a si souvent résonné la voix du pape « venu de loin », Mgr Franck confie à Zenit : « On constate là l’ampleur du rayonnement du Saint-Père, grâce à son humanité, mais aussi à sa spiritualité. On voit combien il a été un « rassembleur » ».

Une famille française est venue dans la nuit, en train, de Lorraine : il y a vingt cinq ans, le 20 avril 1980, Jean-Paul II a baptisé leur fils, Alexandre, dans sa chapelle privée. Ils ont eu quatre filles également. Ils repartent dans la nuit, après lui avoir rendu hommage : 12 heures d’attente. Ce pape, ils l’ont connu jeunes mariés : le père d’Alexandre, Polonais, fréquentait à Cracovie l’église Sainte-Anne, et un certain Karol Wojtyla était son aumônier… La maman, Ursula, est française. Après l’hommage rendu, une pause, en la poste vaticane, pour partager par courrier la peine et la joie de ce pèlerinage.

Dehors, l’organisation italienne pour les pèlerinages des malades aux sanctuaires internationaux et à Lourdes, l’UNITALSI, conduit des groupes nombreux de jeunes handicapés auprès du défunt pontife. Certains sont partis la veille de Turin, dont une jeune fille soutenue par son amie, « voilée » de blanc, musulmane, heureuse de rendre avec elle cet hommage au pape.