Hommage du pape François et de la foule à une missionnaire italienne

Journée missionnaire mondiale

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 770 clics

Le pape François a rendu hommage à une missionnaire italienne de 78 ans, tuée au Nigeria, Afra Martinelli, lors d’un vol à main armée.

La religieuse, surnommée « Mamma Afra », habitait dans une maison jouxtant le Centre Regina mundi qu’elle dirigeait, à Oguashi-Ukw, indique l’agence missionnaire italienne Misna.  Elle avait reçu pour mission de l’archevêque d’Ibadan, Mgr Felix Job la mise en oeuvre du « droit à l’éducation » dans la région très pauvre duDelta du Niger. Elle y a vécu une trentaine d’années.

Des hommes armés ont fait irruption dans sa maison dans la nuit du 26 septembre et ils l’ont frappée à coup de machette pour lui prendre ses clefs : la missionnaire a succombé à ses blessures douze jours après. Les voleurs ont emporté ordinateurs et argent.

Le pape a demandé à la foule rassemblée place Saint-Pierre pour l’angélus, ce 20 octobre, Journée missionnaire mondiale, d’applaudir sa mémoire, en disant : « En ce jour, nous sommes proches de tous les missionnaires, hommes et femmes, qui travaillent sans faire de bruit, et donnent leur vie. Comme l’Italienne, Afra Martinelli, qui a travaillé pendant tant d’années au Nigeria : elle a été tuée il y a quelques jour lors d’un vol. Tous l’ont pleurée, chrétiens et musulmans. Ils l’aimaient. Elle a annoncé l’Evangile par sa vie, par l’œuvre qu’elle a réalisée, un centre d’instruction. Et c’est ainsi qu’elle a répandu la flamme de la foi, qu’elle a combattu le bon combat ! Pensons à notre sœur et saluons-la tous par des applaudissements ! »

Le pape avait auparavant interrogé : « Quelle est la mission de l’Eglise ? » Et de répondre : « Diffuser dans le monde la flamme de la foi que Jésus a allumée dans le monde : la foi en Dieu qui est Père, Amour, Miséricorde ».

Une nouvelle fois, le pape met en garde contre le prosélytisme: « La méthode de la mission chrétienne n’est pas le prosélytisme mais celle de la flamme partagée qui réchauffe l’âme. »

A d’autres occasions, le pape François a déploré le prosélytisme, en citant Benoît XVI. Dans son discours aux catéchistes, samedi 28 septembre, en la salle Paul VI du Vatican, le pape François a cité ce passage de Benoît XVI: l’Église « ne grandit pas par le prosélytisme, personnes, les peuples, voient ce témoignage d’humilité, de douceur, de mansuétude, ils ressentent le besoin dont parle le prophète Zacharie: ‘Nous allons avec vous !’ (Zacharie 8,20-23) ».

Le pape avait déjà cité Benoît XVI à ce sujet dans son homélie du 11 juin 2013, en concluant : « Le Seigneur nous invite à annoncer, pas à faire du prosélytisme. ».

Et dans son homélie du 1er octobre, il a redit que c’est le témoignage de la charité qui « donne envie aux gens de venir » dans l'Eglise. Le Saint-Siège a publié à ce sujet un document en décembre 2007.

Enfin, toujours après l’angélus de ce dimanche, le pape a remercié les chrétiens qui soutiennent « concrètement » les missions et spécialement « la sollicitude de l’évêque de Rome pour la diffusion de l’Evangile ».

Quant aux participants de la course des « cent mètres de la foi » - promue par le Conseil pontifical pour la culture -, le pape leur a dit de se souvenir que « le croyant est un athlète de l’esprit ».