Honduras : les jeunes "accros" à la lectio divina, sur internet

Par le card. Maradiaga

| 1085 clics

Propos recueillis par Marie-Pauline Meyer 

Traduction d'Hélène Ginabat

ROME, lundi 4 juin 2012 (ZENIT.org) – « Les jeunes utilisent leurs téléphones portables et, grâce à la messagerie instantanée, ils accèdent à la Lectio Divina et la partagent entre eux », explique le cardinal Oscar Andres Rodriguez Maradiaga, archevêque de Tegucigalpa, au Honduras, après une expérience de deux ans dans toute l’Amérique latine ».

Les propos du cardinal Maradiaga, qui est aussi président de Caritas Internationalis, ont été recueillis par Marie-Pauline Meyer, pour l’émission « Là où Dieu pleure », en collaboration avec L’Aide à l’Eglise en détresse.

Marie-Pauline Meyer - Comment est perçue la voix de l’Eglise au Honduras : une voix forte et sévère ?

Card. Maradiaga – Cela dépend. Parfois, elle doit être sévère. Normalement, nous essayons d’instaurer un climat de compréhension et de respect de soi avec tout le monde. Je suis la maxime de saint François de Sales : on attrape plus de mouches avec du miel qu’avec du vinaigre. C’est vrai.

De quel miel s’agit-il ?

Il s’agit de parler de la personne du Christ – pas simplement une idée, un moment dans l’histoire, ou un objet dans un musée – mais le Christ vivant qui est au milieu de nous et qui intercède pour nous, et de dire que nous avons besoin de faire une rencontre personnelle avec lui.

Comment y parvenir alors que, si je ne me trompe, l’éducation de la foi n’est pas mise en valeur au Honduras ?

D’après l’exhortation apostolique de Benoît XVI Verbum Domini, il faut que nous mettions en place la Lectio Divina – la lecture priante de l’Ecriture – pour nous mettre en présence du Christ qui est le Maître et pour que nous, ses disciples, nous l’écoutions comme Marie, la sœur de Marthe, assise aux pieds de Jésus. Nous avons besoin de mettre en pratique cette attitude avec la parole de Dieu, quotidiennement, parmi les fidèles.

Comment aidez-vous vos prêtres à le mettre en pratique ?

Il ne s’agit pas seulement des prêtres mais aussi des laïcs. Nous avons lancé un programme très intéressant avec les Sociétés bibliques d’Amérique : il s’appelle « Lectio Notes », et il permet d’accéder à la Lectio Divina sur internet. Nous avons commencé avec un groupe de quatre-vingt animateurs de huit pays d’Amérique latine. Les jeunes ont accès à « Lectio Notes » en ligne et ils en discutent en petits groupes. Nous avons même le cas d’une paroisse très pauvre au nord du Nicaragua, qui n’a pas accès à internet. Les jeunes utilisent leurs téléphones portables et, grâce à la messagerie instantanée, ils accèdent à la Lectio Divina et la partagent entre eux. Après deux années, nous avons fait une évaluation ; il aurait fallu que vous entendiez ces jeunes : des jeunes gens et des jeunes femmes ont expliqué la Parole de Dieu à trois cardinaux, huit évêques et une vingtaine de prêtres. C’était vraiment des maîtres ! J’ai calculé qu’il y a peut-être 380 000 jeunes gens et jeunes femmes en Amérique latine qui se connectent à la Lectio Divina chaque week-end.

Le Honduras est un pays plein de vie, avec ses eaux claires turquoise, sa jungle, ses plages, ses montagnes à couper le souffle et ses ruines Maya fascinantes. Y a-t-il une caractéristique particulière du peuple du Honduras ?

Nous sommes des gens simples. Nous n’étions pas nombreux au VIIIe siècle, la majorité ayant émigré de Copan, au Guatemala, puis à Yucatan, au Mexique. La raison de cette migration est inconnue. On dit qu’elle a été due à une guerre civile, ou à une épidémie, ou peut-être encore à « El Niño » qui avait épuisé les ressources de la terre et de l’agriculture. Quand les Espagnols sont arrivés en 1502, la population comptait à peu près 200 000 personnes. Lorsque j’ai quitté l’école, il y a longtemps, en 1959, nous étions 1,5 million. Je me souviens des chiffres parce que j’ai eu la question à l’examen. Maintenant nous sommes huit millions car on a mis fin à la guerre civile, les soins de santé se sont améliorés et la durée de vie s’est allongée.

Le pays a tant de richesses naturelles : comment se fait-il qu’il y ait encore une telle pauvreté ?

Il y a des raisons historiques et politiques à cela. La richesse du Honduras vient des mines ; pendant la période coloniale, qui a duré trois siècles, la mine était la seule industrie de tout le pays et elle a été exploitée comme telle. Après l’indépendance, la plupart des mines ont disparu et nous sommes entrés dans un siècle de guerres civiles qui ont maintenu la population dans une extrême pauvreté. Au début du XXe siècle, une nouvelle industrie a été introduite par des entrepreneurs américains : les grandes plantations de bananes. Cela a été le début d’un certain développement. Le Honduras a eu sa première route asphaltée en 1954.

On a appelé le Honduras une « république bananière », est-ce seulement à cause de son industrie ?

Oui, en fait nous sommes maintenant une ancienne « république bananière » puisque la plupart de ces plantations ont été transférées dans d’autres pays à cause des syndicats et des grèves. Mais au sens large du terme, il y avait l’idée que l’on pouvait payer et acheter les politiciens pour maintenir un statu quo dans l’intérêt, par exemple, de grandes entreprises ou corporations. Ce n’est plus le cas au Honduras.

Il n’y a donc plus de corruption en politique ?

Il y a toujours de la corruption comme dans la plupart des pays d’Amérique latine, qui envisagent la politique comme une industrie. Les politiciens s’y engagent et amassent une fortune pendant leur mandat au gouvernement, à l’issue duquel ils n’ont plus besoin de travailler pour le restant de leur vie. C’est là une grave erreur.

C’est ce que vous dénoncez ?

Il est nécessaire de dénoncer un système qui est mauvais et qui augmente la pauvreté.

L’Eglise catholique au Honduras est considérée comme une « instance morale » : qu’est-ce que cela signifie ?

Nous nous trouvons souvent dans des situations sans issue, mais il faut que nous trouvions le moyen d’en sortir. C’est cela « l’instance morale ». « L’instance morale » rappelle aux personnes que nous sommes les enfants du même Dieu. Nous sommes créés égaux. Nous devons nous respecter les uns les autres et respecter la dignité des personnes. Si ces éléments sont présents, alors le dialogue est possible. Je suis convaincu que le dialogue est un grand don que l’Eglise peut faire à la société.

Le dialogue avec qui ?

Le dialogue avec les partis politiques et les syndicats. Je me souviens avoir servi de médiateur dans un certain nombre de cas. On m’a même nommé « Chef de la police », en tant que membre d’une commission spéciale chargée d’établir une force de police civile. C’est une vocation que l’Eglise a assumée pour créer la paix dans le monde.

Traduction de ZENIT