Hongkong : l’évêque soutient les manifestants pour la démocratie

Mais il ne participera pas à la marche du 1er juillet

| 1268 clics


ROME, Mardi 30 juin 2009 (ZENIT.org) - L'évêque catholique de Hongkong soutient les manifestants pour la démocratie, sans toutefois participer à la traditionnelle marche du 1er juillet, indique aujourd'hui Eglises d'Asie (EDA), l'agence des Missions étrangères de Paris.  

Mgr John Tong Hon, qui a pris la succession du cardinal Zen à la tête du diocèse catholique de Hongkong le 15 avril dernier, a précisé qu'il ne prendrait pas part au traditionnel cortège pour la démocratie ce 1er juillet, bien qu'il soutienne les actions des catholiques en faveur de cette manifestation.  

La marche du 1er juillet a lieu chaque année dans l'ancienne colonie anglaise depuis 1997, date du retour de Hongkong sous le drapeau chinois. Organisée en marge des cérémonies officielles, elle est entrée dans l'Histoire en 2003 lorsque plus de 500 000 personnes sont descendues dans la rue manifester pacifiquement leur opposition à un projet de loi potentiellement liberticide. Depuis, elle fait office de baromètre de la mobilisation politique des Hongkongais et, cette année, Pékin tout comme les responsables du gouvernement local semblent redouter une participation plutôt élevée. Le Front civique des droits de l'homme, organisateur de la marche, estime que quelque 100 000 Hongkongais pourraient manifester ce mercredi 1er juillet (1).  

S'agissant du cardinal Joseph Zen Ze-kiun, la question de sa participation à cette manifestation a souvent été posée. Le cardinal, aujourd'hui évêque émérite de Hongkong, y avait répondu tout d'abord en choisissant de prendre part, non à la marche elle-même, mais au temps de prière œcuménique organisé avant la marche elle-même par des organisations protestantes et la Commission « justice et paix » du diocèse catholique de Hongkong. En 2003 et les années suivantes, le cardinal faisait un pas supplémentaire en prenant la parole lors de ce temps de prière, et, enfin, en 2007, il participa directement à la marche.  

De son côté, Mgr John Tong Hon, du temps où il était l'évêque auxiliaire du cardinal Zen, n'avait jamais pris part aux marches du 1er juillet ni même aux temps de prière les précédant. Interrogé le 26 juin par la presse hongkongaise sur la signification de son absence à la marche du 1er juillet, notamment sur le fait de savoir si cela indiquait qu'il souhaitait ménager Pékin d'une manière ou d'une autre, Mgr John Tong Hon a répliqué qu'il était en contact avec des responsables chinois mais que les principes qui l'animaient étaient connus et n'avaient pas changé. « J'encourage les catholiques à prendre part aux affaires de la cité en fidélité avec la doctrine sociale de l'Eglise. Il leur revient de déterminer les modalités que doit prendre leur action », a-t-il expliqué, en soulignant qu'il soutenait le travail de  la Commission « justice et paix ».  

Toujours devant les journalistes, Mgr John Tong Hon a également appelé à la remise en liberté du militant Liu Xiaobo. « La liberté d'expression est nécessaire et j'espère que le gouvernement central autorisera l'exercice de cette liberté. Permettre à différentes opinions de s'exprimer est bénéfique pour la nation, car c'est la seule solution dont nous disposons pour élargir nos perspectives », a déclaré Mgr Tong. Agé de 53 ans, ancien professeur de philosophie, Liu Xiaobo est l'un des 300 signataires de la « Charte 08 » appelant à des réformes démocratiques. Interpellé à Pékin le 8 décembre dernier en même temps que plusieurs autres militants qui s'apprêtaient à célébrer le 60ème anniversaire de la déclaration universelle des droits de l'homme, il a été maintenu au secret jusqu'au 23 juin, date à laquelle il a été inculpé d'« incitation à la subversion du pouvoir de l'Etat ».  

Pour sa part, le cardinal Zen, qui, le 26 juin, revenait tout juste d'un séjour à Rome, a précisé aux journalistes que, n'étant plus l'évêque en charge du diocèse, il ne prendrait pas part à la manifestation du 1er juillet, mais que son soutien au suffrage universel restait inchangé. « Chacun sait bien que je suis pour la démocratie », a-t-il conclu.   

(1) La mobilisation citoyenne est forte ces temps-ci à Hongkong. Pour le 20ème anniversaire du massacre de Tienanmen, le 4 juin dernier, près de 150 000 Hongkongais ont pris part aux manifestations commémoratives du Printemps de Pékin (voir EDA 509). Pour le 1er juillet 2009 - une année sensible car marquant le 60ème anniversaire de la fondation de  la République populaire de Chine ou bien encore le 30ème anniversaire des réformes initiées par Deng Xiaoping -, le gouvernement local, à Hongkong, redoute une forte mobilisation des employés de la fonction publique, inquiets de certaines réformes en cours.  
 

©  Les dépêches d'Eglises d'Asie peuvent être reproduites, intégralement comme partiellement, à la seule condition de citer la source.