Il est mort pour avoir rejoint un champion

Un saint britannique et son inséparable chien

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 711 clics

Le martyrologe romain fait aujourd'hui mémoire d'un saint anglais, Philippe Howard, martyr (†1595).

Comte d'Arundel et de Surrey, il était familier de la cour de la reine Elisabeth Ière. Mais, lors d'un débat avec les protestants, il fut impressionné par les paroles du Jésuite anglais, Edmond Campion (†1581), originaire de Londres, converti au catholicisme, et dont le grand succès apostolique lui avait valu le surnom de "C(h)ampion du pape".

Philippe Howard décida à son tour d'embrasser le catholicisme et quitta la cour pour se rendre sur le continent. Mais à son retour, il fut arrêté et emprisonné à la Tour de Londres, en 1585.

Condamné à mort quatre ans plus tard, en 1589, il ne fut pas exécuté, mais il demeura en prison et il y mourut d'épuisement, à trente-huit ans.

Son corps repose en la cathédrale d'Arundel. Il est représenté revêtu des habits d'un noble élisabéthain, son chien à ses côtés.

Béatifié en 1929, il fait partie, avec saint Edmond Campion, des Quarante martyrs d'Angleterre et du Pays de Galles canonisés en 1970 par Paul VI.