"Il existe une réciprocité entre l'Eucharistie et le Sacerdoce"

Extraits de la lettre de Jean-Paul II

| 1250 clics

CITE DU VATICAN, Mardi 6 avril 2004 (ZENIT.org)


– "Nous sommes nés de l'Eucharistie", explique le pape aux prêtres du monde entier qu’il dit "voir entrer au Cénacle", le Jeudi Saint: "Il existe donc une réciprocité spécifique entre l'Eucharistie et le Sacerdoce, réciprocité qui remonte au Cénacle: il s'agit de deux sacrements nés ensemble, dont le sort est indissolublement lié jusqu'à la fin du monde", insiste le pape.

Le texte intégral est ci-dessous dans les "documents".

Nous souvenir ensemble de la haute mission qui nous unit
Il rappelle: "Lors de la dernière Cène, nous sommes nés comme prêtres: voilà pourquoi il est beau et il est logique de nous retrouver au Cénacle, et de nous souvenir ensemble de la haute mission qui nous unit, tout remplis de reconnaissance".

"Nous sommes nés de l'Eucharistie, affirme le pape. Quand nous affirmons de l'Église entière qu'elle vit de l'Eucharistie, comme j'ai tenu à le rappeler dans ma récente Encyclique, nous pouvons aussi bien le dire du Sacerdoce ministériel: il tire son origine, il vit, il agit et il porte du fruit «de Eucharistia». «Il n'existe pas d'Eucharistie sans Sacerdoce, de même qu'il n'existe pas de Sacerdoce sans Eucharistie»".

"Le ministère ordonné, qui ne peut jamais se réduire au seul aspect fonctionnel parce qu'il se situe au niveau de «l'être», continue le pape, confère au prêtre la possibilité d'agir ‘in persona Christi’ et il culmine au moment où le prêtre consacre le pain et le vin, refaisant les gestes et redisant les paroles de Jésus lors de la dernière Cène".

L'humilité d'un Dieu qui se penche vers l'homme
Le pape dit son adoration devant le mystère: "Face à cette réalité extraordinaire, nous demeurons étonnés et éblouis: comme est grande l'humilité d'un Dieu qui se penche vers l'homme et qui a voulu ainsi se lier à lui!"

Il ajoute: " "Mysterium fidei», proclame le prêtre après la consécration. Le Mystère de la foi est l'Eucharistie, mais, de la même manière, le mystère de la foi est aussi le Sacerdoce lui-même. Ce même mystère de sanctification et d'amour, œuvre de l'Esprit Saint, par lequel le pain et le vin deviennent le Corps et le Sang du Christ, agit dans la personne du ministre au moment de l'Ordination sacerdotale. Il existe donc une réciprocité spécifique entre l'Eucharistie et le Sacerdoce, réciprocité qui remonte au Cénacle: il s'agit de deux sacrements nés ensemble, dont le sort est indissolublement lié jusqu'à la fin du monde".

Le sceau eucharistique sur leur mission
Jean-Paul II explique ainsi l'«apostolicité de l'Eucharistie»: "Le Sacrement de l'Eucharistie —comme celui de la Réconciliation— a été confié par le Christ aux Apôtres et s'est transmis, par eux et par leurs successeurs, de génération en génération (…). En disant: «Vous ferez cela en mémoire de moi», il mit le sceau eucharistique sur leur mission et, s'unissant à eux dans la communion sacramentelle, il les chargea de perpétuer ce très saint geste (…). Tandis qu'il prononçait ces paroles: «Vous ferez cela...», sa pensée s'étendait aux successeurs des Apôtres, à ceux à qui il donnerait de prolonger leur mission, distribuant le Pain de vie jusqu'aux extrémités de la terre. Ainsi, en un sens, chers Frères dans le Sacerdoce, nous avons été conviés nous aussi au Cénacle, chacun personnellement, l'un après l'autre, par le Christ".

"Comme le Sacerdoce, continue le pape, l'Eucharistie est un don de Dieu «qui dépasse radicalement le pouvoir de l'assemblée» et que celle-ci «reçoit à travers la succession épiscopale qui remonte jusqu'aux Apôtres»".

Il rappelle; "L'assemblée des fidèles, n'est pas en mesure de «faire» à elle seule l'Eucharistie, ni de «se donner» un ministre ordonné".