Il n’y a de démocratie authentique que s’il existe une justice sociale, explique le pape

Benoît XVI rencontre les participants à un congrès sur la démocratie

| 885 clics

ROME, Vendredi 19 mai 2006 (ZENIT.org) – Le pape Benoît XVI a expliqué ce vendredi qu’il ne peut y avoir de démocratie authentique que lorsqu’il existe une justice sociale, c’est-à-dire lorsque chaque personne a accès aux biens de première nécessité.



Le pape a reçu ce matin les participants au congrès organisé par la Fondation vaticane « Centesimus Annus – Pro Pontifice » sur le thème : « Démocratie, institutions et justice sociale ».

Benoît XVI a souligné les éléments décisifs pour qu’un système de gouvernement puisse être considéré comme véritablement démocratique.

Justice sociale
L’un de ces éléments décisifs est « l’effort tenace, durable et partagé pour la promotion de la justice sociale ».

« La démocratie ne sera pleinement réalisée que lorsque toute personne et tout peuple sera en mesure d’accéder aux biens de première nécessité (vie, nourriture, eau, santé, instruction, travail, certitude des droits) à travers une organisation des relations internes et internationales qui assure à chacun la possibilité d’y participer », affirme-t-il.

« Il ne pourra par ailleurs y avoir de vraie justice sociale que dans une optique de solidarité authentique, qui engage à vivre et à agir toujours les uns pour les autres, et jamais les uns contre les autres ou au détriment des autres. Le grand défi des chrétiens laïcs est de voir comment concrétiser tout cela dans le contexte mondial d’aujourd’hui », ajoute le pape.

Institutions crédibles
Il existe un autre élément décisif pour une démocratie, selon le pape : « des institutions appropriées, crédibles, faisant autorité, non finalisées à une simple gestion du pouvoir politique, mais capables de promouvoir des niveaux bien développés de participation populaire, dans le respect des traditions de chaque nation, et avec la préoccupation constante de conserver son identité ».

Le pape déplore la lenteur avec laquelle la démocratie avance mais il reconnaît que « celle-ci reste toutefois l’instrument historique le plus valide, s’il est bien utilisé, pour disposer de manière responsable de son propre avenir d’une façon digne de l’homme ».

La Fondation, instituée en 1993 par Jean-Paul II avec l’objectif de promouvoir la connaissance et la pratique de la Doctrine sociale de l’Eglise, s’inspire de l’Encyclique Centesimus Annus (1991).