Ile Maurice : 175ème anniversaire de l’abolition de l’esclavage

| 2029 clics

ROME, Mercredi 3 février 2010 (ZENIT.org) - Une messe célébrée par l'évêque de Port-Louis, Mgr Maurice Piat, et le dévoilement d'une sculpture, au Morne, symbole de la lutte des esclaves, ont été les deux temps forts des célébrations marquant lundi dernier, à Maurice, le 175e anniversaire de l'abolition de l'esclavage.

Une cérémonie de dépôt de gerbes a également eu lieu au monument de la Route des Esclaves, qui se trouve au pied de la montagne du Morne, et au Monument des Esclaves de Pointe-Canon, à Mahébourg.


L'ancien président du Mozambique, Joaquim Chissano, était l'invité d'honneur à cette commémoration placée sous le thème : « à nou fet liberté ». Après celles dévoilées par les représentants de la Réunion et de Madagascar, c'est lui qui a dévoilé la troisième sculpture commémorative de la route des esclaves.

La montagne du Morne classée patrimoine de l'humanité a été tout au long de la journée le point de rendez-vous pour plusieurs manifestations, auxquelles sont venus assister des milliers de mauriciens.

Dans son discours , durant la cérémonie de commémoration, le chef d'Etat mauricien, sir Anerood Jugnauth, a dénoncé le fait que l'esclavage « existe toujours sous d'autres formes auxquelles les générations futures seront confrontées », rapporte l'agence de presse africaine, PANA, au lendemain des cérémonies.

M. Jugnauth a cité à ce propos deux formes d'esclavage : l'une pratiquée par le patronat qui ne respecte pas les droits des employés « et qui constitue une forme moderne de l'esclavage » et l'autre, les fléaux sociaux tels la drogue, dont sont victimes les jeunes.

Pour sa part, le Premier ministre mauricien, Navin Ramgoolam, a tenu à rappeler que beaucoup d'esclaves ont préféré la mort à la servitude, en faisant référence aux milliers d'esclaves emmenés de force d'Afrique, surtout du Mozambique, vers l'île Maurice.

La journée du 1er février est fériée à Maurice, à la mémoire des esclaves qui ont perdu leur vie sur cette île.

Isabelle Cousturié