Ile Maurice: "La Famille comme bien commun, protégeons-la"

3ème congrès de la Fédération Africaine dAction familiale (FAAF)

Rome, (Zenit.org) Rédaction | 540 clics

"La Famille comme bien commun, protégeons-la": c'était le thème du 3ème congrès de la Fédération Africaine d’Action familiale (FAAF) qui s’est tenu du 10 au 13 novembre 2013 à l’Ile Maurice.

"Animées par les enseignements de Jean-Paul II les associations africaines sont venues partager leur conviction profonde sur la famille" comme "base de l'humanité, de la société et de l'Eglise", "avenir du monde et le lieu d'expérience de l'amour humain et divin", soulignent les organisateurs: "C'est dans la famille que la vie est reçue et donnée et c'est dans la famille que les valeurs humaines sont transmises. La famille est aussi l'âme de la société."

Le Congrès a réfléchi aux thèmes de l’identité de la personne, homme ou femme, appelée à devenir époux ou époux, père ou mère, ce qui est parfois "remis en cause par des messages troubles sur la masculinité et la féminité, dans le contexte post-moderne".

Des outils pédagogiques

"La sexualité conjugale trouve sa place adéquate au sein du couple qui a fait alliance par le mariage : c’est dans ce contexte que les conjoints peuvent se donner totalement l’un à l’autre et accueillir un enfant dans les meilleures conditions", explique la FAAF qui "développe des outils pédagogiques pour communiquer ces notions sur leur terrain d’action".

Les participants expliquent ainsi leurs convictions: "La famille est le lieu adéquat pour accueillir la vie, pour l’éducation des enfants qui y apprennent à aimer et se sentir aimés. L’enfant est un don fait au couple au sein de la famille".

La FAAF développe aussi une pédagogie pour les parents ayant des difficultés à avoir un enfant ce qui constitue "une grande souffrance pour le couple": la FAAF soutient les approches médicales qui soignent la fertilité pour la restaurer, préservant ainsi la conception de l’enfant par l’union conjugale des conjoints. Elle siganle la "Naprotechnologie" comme "une technique fiable, qui ouvre de grands espoirs pour les couples".

A propos de la vie du couple, la FAAF développe aussi la théologie du corps à retransmettre à ses associations membres: "le couple est appelé à être une communion d’amour qui transmet la vie à l’image de Dieu, Lui-même communion d’amour qui transmet la vie. La planification familiale naturelle permet au couple de vivre cette communion."

Des conférences ont permis des échanges et la formation des membres. Des ateliers ont permis de travailler ensemble certains dossiers comme l’écologie humaine et la grammaire de la vie, méthode pédagogique proposée par les membres de la FAAF pour diffuser la théologie du corps.

Les participants

Plusieurs archevêques, évêques diocésains et un cardinal sont venus encourager cette rencontre : le cardinal Robert Cardinal Sarah, président de Cor Unum, Mgr Gabriel Mbilingiof Lubango (Angola, Président du Symposium des Conférences Episcopales d'Afrique et de Madagascar, SCEAM), Mgr Henryk Hozer, archevêque de Varsovie mais aussi fondateur de l’Action Familiale Rwandaise, ainsi que cinq autres évêques.

Notons aussi la présence de représentants des deux sections de l'Institut Jean-Paul II pour la Famille en Afrique, le Père Theophile Akoha pour la section francophone et le père Arthur Phiri pour la section anglophone.

Enfin, notons la participation de Mme Christine du Coudray de l’Aide à l’Eglise en Détresse, et de Mme Marguerite Peters venue aider les associations à trouver une réponse adéquate au défi lancé par l’éthique post-moderne. Enfin, des scientifiques ont apporté leur contribution, le docteur Susanne Van Der Velden et le docteur Isabelle Ecochard de France.

La FAAF a été fondée en 2001. Elle fédère les associations familiales africaines qui promeuvent la bonne nouvelle de l’amour humain pour le couple, communion d’amour qui transmet la vie.
22 pays africains étaient représentés par 28 associations .