Inde : Décès de la fondatrice de la « Banque des pauvres »

Sœur Nancy Pereira vivait dans la pauvreté pour enrichir les indigents

| 1933 clics

ROME, Mercredi 21 juillet 2010 (ZENIT.org) - Soeur Nancy Pereira, des Filles de Marie Auxiliatrice, fondatrice d'une « Banque des pauvres » est décédée le 14 juillet dernier, à l'âge de 86 ans, dans sa communauté de Bangalore, en Inde.

Née à Pudukkuruchy, dans l'Etat indien du Kerala, le 14 août 1923, elle avait prononcé ses premiers voeux le 6 janvier 1945.

Sœur Nancy Pereira était connue pour avoir lancé dans les années 90 à Bangalore (située à environ 1.000 km au sud de Bombay), un « Fond pour les pauvres », en s'inspirant de la Grameen Bank, du Bangladesh, et de son système de micro-crédits, pour aider financièrement les déshérités et favoriser la formation de groupes d'entraide pour les femmes.

Les clients de cette banque particulière, devaient être des pauvres issus des banlieues ou des villageois, qui avaient ainsi la possibilité de se reconstruire une nouvelle vie.

Le pape Jean-Paul II, qualifiait sœur Nancy de « chef d'entreprise des pauvres ».

Selon l'agence Fides celui qui voulait un crédit, rdevait prouver avoir su économiser avec constance une petite somme durant un an ; il devait ensuite participer aux réunions du groupe de gestion des crédits. Le taux d'intérêt annuel suffisait à peine à couvrir les frais de gestion.

Le projet de la « Banque des pauvres » engage toute la famille et ses exigences s'imposent à chaque membre. Si bien que ce dernier est inscrit dans un projet d'éducation intégrale des familles appelé Fides, sigle en anglais du Family Integral Development and Education Scheme - Programme intégré d'éducation familiale, qui a favorisé la promotion intégrale de nombreuses personnes, familles, voire même des villages entiers.

Comme le souligne une note biographique de la Congrégation des Filles de Marie Auxiliatrice, sœur Nancy « était totalement convaincu que sa vocation était d'être avec les pauvres et de les servir. Elle aimait tout le monde et tentait d'aider les personnes à prendre conscience de leurs droits et devoirs, pour vivre leur propre dignité de fils de Dieu. Et elle le faisait dans la joie, entraînant tant de personnes dans ses projets de bien. Détachée d'elle-même, elle vivait dans la pauvreté pour enrichir les indigents ».

« Son esprit solidaire et créatif lui permit de fonder de nombreux groupes pour la promotion des femmes SHG (Self Help Group) et d'élaborer divers programmes de développement : IGP (Incombe Generating Programme) afin que les pauvres puissent vivre une existence digne en parvenant à une économie autonome ».

Dans sa vie, sœur Nancy a reçu cinq distinctions internationales pour ses services aux pauvres.

Nieves San Martín