Inde : Hommage à Mère Teresa dans le Gujarat

9e anniversaire de sa « naissance au ciel »

| 1241 clics

ROME, Jeudi 7 septembre 2006 (ZENIT.org) – L’Etat du Gujarat, en Inde, a rendu hommage à Mère Teresa de Calcutta, le 5 septembre, à l’occasion du 9e anniversaire de sa mort, comme élément « d’union et d’harmonie » entre les différentes communautés, indique l’agence vaticane Fides.



De nombreux citoyens et fidèles de toutes les religions se sont réunis hier, 5 septembre, dans le centre de la cité d’Ahmedabad, capitale de l’état du Gujrat (Inde Occidentale) pour commémorer la figure de Mère Teresa de Calcutta, à l’occasion du 9e anniversaire de sa « naissance au ciel ».

« Mère Teresa, avec son engagement en faveur des plus pauvres parmi les pauvres, a touché le cœur de nombreuses personnes, en Inde et dans le monde entier. Pour cela, depuis le jour de sa mort, le 5 septembre 1997, la communauté civile indienne la commémore toujours avec beaucoup d’affection : chrétiens, hindous, bouddhistes, sikhs, fidèles de chaque état, de toute condition sociale, ou langue. Mère Teresa est encore aujourd’hui en Inde un élément d’union et d’harmonie entre les différentes communautés », ont confié à Fides des sources de l’Eglise locale.

Une célébration a eu lieu à Ahmedabad sous la présidence de l’évêque, Mgr Thomas Macwan, qui a invité les participants à suivre l’exemple de Mère Teresa et à fuir toute tentation de sectarisme, de fermeture, d’intégrisme religieux.

Les participants ont chanté, prié pour la paix et déposé des fleurs aux pieds d’une statue de Mère Teresa, qui s’élève sur une place portant son nom.

L’ancien maire de la ville, Begum Aneesa Mirza - qui s’était employé à consacrer un lieu public d’Ahedabad à la religieuse, et à lui ériger une statue de bronze – est intervenu au cours de la cérémonie pour rappeler que la bienheureuse « a consacré sa vie entière à nos frères et sœurs qui avaient besoin d’aide, sans distinction d’aucune sorte ».

Il a invité ses concitoyens indiens à continuer à soutenir les Missionnaires de la Charité, qui aujourd’hui maintiennent vivant son charisme à Gujarat et dans d’autres parties de l’Inde.

Dans l’état du Gujarat, souvent traversé par des courants d’intégrisme hindou et par des groupes et des mouvements qui prêchent la haine religieuse, les sœurs de Mère Teresa dirigent plusieurs maisons pour les orphelins, les malades en phase terminale, les enfants des rues, les séropositifs, souligne Fides.