Inde : L’Eglise combat le suicide pour cause de surendettement

Initiative du diocèse catholique syro-malabar

| 660 clics

ROME, Lundi 22 mai 2006 (ZENIT.org) – L’Eglise catholique syro-malabare lance une campagne de prévention et d’éducation dans un diocèse du sud de l’Inde, où les suicides de paysans endettés se multiplient, indique « Eglises d’Asie », l’agence des missions étrangères de Paris (Cf. EDA 441, eglasie.mepasie.org).



Le diocèse catholique syro-malabar de Mananthavady, dont le territoire est à cheval sur trois Etats du sud de l’Inde (Kerala, Tamil Nadu et Karnataka), a lancé une campagne de prévention et d’éducation, afin de sensibiliser les catholiques à la valeur de la vie humaine. L’objectif est de lutter contre la multiplication des suicides chez des paysans endettés.

« Nous voulons faire savoir que le suicide n’est pas l’unique solution pour résoudre des problèmes financiers », a indiqué le P. Saji Kottayil, responsable de la campagne de prévention. Selon lui, la majorité des 500 personnes qui se sont suicidées durant les cinq dernières années, dans le district de Wayanad, étaient catholiques. Le P. Kottayil, responsable du centre de service social diocésain de Wayanad, a ajouté qu’un centre d’écoute et de conseils pour les paysans endettés serait ouvert à compter du 13 mai, et que le diocèse avait également intensifié, dans les écoles et les paroisses, sa campagne d’éducation sur les valeurs de la vie humaine.

Comme la plupart des six millions de chrétiens du Kerala, les 170 000 catholiques du diocèse de Mananthavady vivent essentiellement de la culture du café, du caoutchouc, du poivre, du thé ou de la vanille. « Quand l’Inde a commencé à libéraliser son marché, en 1991, le prix de vente des matières premières a chuté. La situation s’est ensuite aggravée, lorsqu’elle s’est mise à respecter les engage-ments qu’elles avaient signés avec l’Organisation mondiale du commerce », précise un responsable de l’Eglise catholique, ajoutant que les mauvaises récoltes de ces dernières années et l’augmentation des taux d’intérêt n’ont fait qu’accentuer les difficultés des paysans, déjà fortement endettés.

Depuis 2001, le nombre de suicides de fermiers ne cesse d’augmenter, et le gouvernement de l’Etat du Kerala, dans lequel se trouve le district de Wayanad, a mis en place une politique d’indemnisation à hauteur de 50 000 roupies (900 euros), pour les familles ainsi endeuillées. Selon un responsable politique local, 137 familles ayant déclaré un suicide entre 2000 et 2004 ont été indemnisées.

L’augmentation du nombre de suicides chez les paysans endettés du diocèse de Mananthavady n’est malheureusement pas un cas isolé, cette tendance étant plutôt l’illustration des difficultés actuelles de l’agriculture indienne. L’agriculture reste l’unique moyen de subsistance pour les deux tiers de la population indienne.

Dans l’Etat du Maharashtra, 2 300 paysans cultivant le coton se sont suicidés entre 2000 et 2004. Selon le Vidarbha Jan Aandolan Samiti, un comité de soutien aux fermiers du Vidarbha, sur les 3,4 millions de paysans travaillant dans les plantations de coton de la région, 95 % d’entre eux sont fortement endettés et à la limite de la faillite.

Cette année, les récoltes dans les Etats du Kerala, du Tamil Nadu et du Karnataka ont été fortement affectées par des intempéries, qui ont également touché les Etats de l’Andhra Pradesh, du Maharashtra et du Pendjab, poussant, là encore, de nombreux fermiers désespérés, au suicide.