Inde : L’Eglise se félicite des mesures en faveur des paysans surendettés

La « bienveillance du gouvernement fédéral »

| 1272 clics

ROME, Jeudi 13 mars 2008 (ZENIT.org) -  L'Eglise catholique se félicite des mesures fédérales prises en faveur des paysans surendettés, rapporte « Eglises d'Asie », l'agence des Missions étrangères de Paris.

« Je me félicite de la bienveillance du gouvernement fédéral à l'égard des paysans surendettés », s'est réjouit Mgr Abraham Viruthakulangara, archevêque catholique de Nagpur, dans l'Etat du Maharashtra, une des régions les plus touchées par la recrudescence des suicides chez les paysans, qui, surendettés et désespérées, sont des milliers à s'être donnés la mort ces dix dernières années (1).

Le 29 février dernier, lors de la présentation du budget mars 2008-février 2009, le ministre fédéral de l'Economie et des Finances a en effet proposé d'allouer 600 milliards de roupies (9,5 milliards d'euros) pour rembourser les emprunts contractés auprès d'établissements financiers par des paysans se trouvant dans l'incapacité de rembourser leurs dettes. Interviewé par l'agence Ucanews, Sharad Pawar, ministre fédéral de l'Agriculture, a précisé que 500 milliards de cette enveloppe serviront à annuler la dette des paysans endettés qui disposent de moins de deux hectares de terres, soit les trois quarts des paysans indiens (2). Cette mesure fédérale « va aider les paysans à devenir autosuffisants et éventuellement à accroître leur productivité, ce qui permettra à l'Inde de réduire sa dépendance vis-à-vis des importations de grains », a-t-il ajouté.

Selon l'Institut Tata des sciences sociales, 150 000 paysans se seraient suicidés ces dix dernières années, écrasés par le poids de la dette. Dans l'Etat du Maharashtra, le plus fort taux de suicide a été enregistré dans la région de Vidarbha, où au moins 1 448 paysans ont mis fin à leur jour en 2006. En 2007, du fait d'aides débloquées par les gouvernements fédéral et de l'Etat - 50 milliards de roupies -, le nombre de suicides des paysans dans cette région est passé à 1 247.

Le 3 mars dernier, l'archevêque de Nagpur, dont le territoire couvre en partie la région de Vidarbha, a déclaré qu'il allait prochainement solliciter une extension de cette enveloppe auprès du ministre fédéral de l'Economie et des Finances ainsi qu'auprès du Premier ministre Manmohan Singh, afin que davantage de paysans puissent bénéficier de ces mesures, notamment les agriculteurs ayant contracté des emprunts auprès d'établissements financiers privés, ou ceux propriétaires d'une surface agricole supérieure à deux hectares. Pour Mgr Abraham Viruthakulangara, il est indispensable que les aides touchent aussi ceux qui n'ont eu d'autre solution que de recourir aux usuriers.

En effet, selon le P. Jolly Puthenpura, directeur de la Social Development Society du diocèse d'Amravati, dans la région de Vidarbha, de nombreux agriculteurs ont contracté des emprunts pour des raisons non directement liées à l'exploitation de leurs terres. Après une mauvaise récolte ou tout simplement parce que leurs terres ne suffisent pas à les faire vivre correctement, des paysans contractent des prêts pour faire face à certaines dépenses familiales, comme par exemple le mariage de leurs enfants. Ne pouvant plus faire face à des remboursements adossés à des taux d'intérêts élevés ou usuraires, certains paysans choisissent de se donner la mort.

Il est donc nécessaire, souligne le prêtre, d'étendre le bénéfice des mesures gouvernementales aux paysans qui se sont endettés pour des raisons privées et non directement liées au travail de la terre. De plus, font valoir des personnes engagées dans la défense des paysans, le seuil de deux hectares est trop bas. A Vidarbha, six paysans sur dix cultivent plus de deux hectares et ne pourront donc bénéficier des aides publiques.

En Inde, plus de 500 millions de personnes, soit un peu moins de la moitié de la population, vivent directement de l'agriculture. Le secteur primaire représente 52 % des emplois dans le pays et, cependant, sa part dans le produit intérieur brut (PIB), qui était de 36,4 % en 1982-1983, ne cesse de diminuer ; en 2006-2007, l'agriculture ne représentait ainsi plus que 18,5 % du PIB de l'Inde.

(1) Au sujet de l'action de l'Eglise en faveur des paysans surendettés, voir EDA 260, 400, 456, 457.

 

(2) L'autre effort du gouvernement portera sur les infrastructures. Vingt milliards de roupies seront par ailleurs investis pour accroître la superficie des terres irriguées, qui ne représentent aujourd'hui que 35 % des cultures.