Indonésie : Mobilisation pour les victimes des inondations

Un effort spécial du Canada

| 1116 clics

ROME, Dimanche 11 février 2007 (ZENIT.org) – « Le niveau de l’eau a commencé à baisser dans certaines zones de la capitale, essentiellement dans le centre, mais dans d’autres quartiers, proches des rivières, elle continue de monter », a déclaré M. Hadi Arifin, responsable de la division gestion des catastrophes de la Croix Rouge indonésienne, à l’agence missionnaire italienne Misna.



Il fait état de plus de 200.000 sinistrés, qui sont logés dans des refuges temporaires à Depok et à Belasi, des villes voisines.

« Des centaines de personnes voudraient déjà retourner chez elles mais il est d’abord nécessaire de nettoyer, de débarrasser tous les détritus charriés par l’eau, d’enlever la boue et de désinfecter pour éviter la diffusion de maladies », ajoute-t-il.

Des cas de maladies communes, « comme la fièvre, le rhume et des irritations de la peau » sont déjà enregistrés, poursuit le responsable de la Croix Rouge.

D’après un fonctionnaire du ministère de la Défense cité dans la presse locale, les inondations causées par les pluies torrentielles de ces derniers jours ont causé la mort d’une cinquantaine de personnes ; selon Hadi Arifin, les victimes seraient en revanche une trentaine.

« Nous continuons à distribuer de la nourriture, de l’eau, des couvertures et des médicaments mais les réserves d’eau sont limitées » conclut l’interlocuteur de la MISNA, en signalant que des unités mobiles se déplaceraient dans la capitale demain pour porter des médicaments et des soins sanitaires et que là où les eaux se sont retirées commenceraient les opérations de désinfestation.

L’organisme officiel de solidarité internationale de l’Église catholique au Canada et le membre canadien de Caritas Internationalis, « Développement et Paix », et ses partenaires se mobilisent pour venir en aide aux victimes des inondations qui ont frappé Jakarta depuis le début du mois de février.

Selon cette autre source le bilan des morts est monté à 40 et près de 350 000 habitants ont été forcés de quitter leurs logements (www.devp.org).

Face à cette situation d’urgence, l’organisme « UPLINK » (Urban Poor Linkage) a réagi rapidement en fournissant de l’aide de première nécessité aux personnes les plus dans le besoin. Les équipes de ce partenaire de « Développement et Paix » ratissent présentement les zones touchées afin d’évaluer quels sont les meilleurs moyens de répondre efficacement à la crise. Au cours des prochains jours, elles seront en mesure de fournir des abris temporaires adéquats ainsi qu’une aide logistique de base – en particulier de la nourriture, des médicaments, des couvertures et des vêtements.

Grâce aux rapports de ses partenaires sur place, à Jakarta et dans les environs, « Développement et Paix » peut suivre la situation de près et voir quelle forme d’appui il est possible de leur offrir.

UPLINK est une coalition d'organismes communautaires indonésiens qui a procuré une aide à court et à long terme aux victimes du tsunami et qui supervise présentement un projet de construction de 3 800 maisons dans la province d'Aceh, d'une valeur de 42 millions de dollars.