Indonésie : Tremblement de terre à Sumatra, mobilisation

Appel de l’évêque de Padang

| 1719 clics

ROME, Mercredi 7 mars 2007 (ZENIT.org) – Après le tremblement de terre qui a frappé l’île de Sumatra, la société indonésienne se mobilise, souligne Fides. L’agence vaticane cite Mgr Situmorang, évêque de Padang, qui invite la population à « se confier à la providence de Dieu et être solidaire avec nos frères en difficulté ».



« Cela a été un événement inattendu et terrible, qui a abattu la population », dit à Fides une source de l’Eglise locale de Padang (Sumatra), décrivant les effets du tremblement de terre de magnitude 6,3 sur l’échelle de Richter, qui le matin du 6 mars a frappé la partie centrale de l’île de Sumatra, en Indonésie. Le tremblement de terre, en plusieurs secousses, a provoqué l’effondrement de nombreux édifices dans le centre côtier de Padang, épicentre du séisme. Les premiers bilans parlent de 70 morts, tandis que sont impliquées les municipalités de Solok, Tanah Datar, Padang Panjang, Padang Pariaman et Bukit Tinggi.

Les secours et les opérations d’urgence ont été déclenchés immédiatement, grâce à la prompte réaction de la protection civile indonésienne, des organisations non gouvernementales, des communautés religieuses, qui se sont tout de suite mobilisées.

Beaucoup de personnes ont commencé à fuir de Padang, par peur d’un nouveau tsunami (même si le danger semble écarté) et maintenant commence à apparaître le problème des réfugiés, outre les blessés qui envahissent les hôpitaux.

« Nous cherchons à réunir des données et des informations, à comprendre comment disposer nos interventions de solidarité, à travers la Caritas », explique à Fides, dans un commentaire à chaud, Mgr Martinus Situmorang, évêque de Padang et actuel président de la Conférence épiscopale indonésienne.

Dans la succession des désastres naturels (tsunami, tremblements de terres, éruptions, inondations) qui ces dernières années ont bouleversé l’Indonésie, l’évêque note : « La population se pose des questions existentielles, se demande pourquoi, sombre parfois dans la dépression, ou pense être victime de malédictions. La politique cherche à donner des réponses et fait ce qu’elle peut ; dans la société est né un mouvement de solidarité ; l’Eglise donne ses réponses en invitant à se remettre entre les mains de Dieu, et à être toujours sensible et solidaire envers nos frères en difficulté ».