Intentions de prière de Benoît XVI pour décembre 2012

« Le migrant : une chance pour qui l'accueille ! »

| 1310 clics

P. Frédéric Fornos s.j.

ROME, vendredi 30 novembre 2012 (Zenit.org) – « Le migrant : une chance pour qui l'accueille ! » : c’est le titre du commentaire de l’intention de prière « universelle » de Benoît XVI pour ce mois de décembre 2012, proposé par le P. Frédéric Fornos, s. j., directeur de l’Apostolat de la prière pour la France et coordinateur pour l’Europe.

Chaque mois le pape Benoît XVI confie aux catholiques deux intentions de prière, deux défis qu’il discerne pour notre monde et la mission de l’Eglise, à savoir pour décembre 2012 :

Intention de prière universelle - Les migrants
Pour que les migrants soient accueillis dans le monde entier, spécialement par les communautés chrétiennes, avec générosité et charité authentique.

Intention de prière missionnaire - Christ, lumière pour toute l'humanité
Pour que le Christ se révèle à toute l'humanité avec la lumière qui émane de Bethléem
et qui se reflète sur le visage de son Eglise.


Le migrant : une chance pour qui l'accueille !

Ces millions d’hommes et de femmes qui, chaque année, sont contraints d’émigrer, de tout laisser, leurs biens, leurs familles, devons-nous les accueillir ? Pouvons-nous les accueillir ? Dans un monde de plus en plus hostile à l’étranger, et dont les frontières se ferment, continuons comme disciples de Jésus-Christ à promouvoir activement les valeurs d'hospitalité de l'Evangile.

------------

Certes, il ne s’agit pas d’être naïfs. Le phénomène migratoire est un défi complexe. Mais pouvons-nous nous habituer aux renvois expéditifs, à l’enfermement d’enfants dans les centres de rétention, à la souffrance et au désespoir d’hommes et de femmes cherchant la sécurité au pays des droits de l’homme ? Que de fausses images et idéologies nourrissent la peur de « l’autre » ! Avons-nous seulement une fois rencontré vraiment une personne migrante, écouté son histoire, vu son visage ? L’avons-nous appelée par son nom : Humayun, Mariam et Zurab, Antonio. Cet étranger est avant tout un frère, une sœur en humanité.

« En vérité - dit le pape Benoît XVI - ceux qui migrent nourrissent l’espoir confiant de trouver un accueil, d’obtenir une aide solidaire et d’entrer en contact avec des personnes qui, comprenant leur malaise et la tragédie de leurs semblables, reconnaissant aussi les valeurs et les ressources dont ils sont porteurs, soient disposées à partager humanité et ressources matérielles avec les nécessiteux et les déshérités. Il faut réaffirmer, de fait, que ‘’la solidarité universelle qui est un fait, et un bénéfice pour nous, est aussi un devoir’’ (Caritas in Veritate, n° 43) » - Message pour la Journée Mondiale des Migrants et Réfugiés 2013


La Bible nous rappelle que le Peuple de Dieu a toujours été un peuple de migrants. Jésus lui-même, dans l’évangile selon saint Matthieu, apparaît sous les traits d’un réfugié, ses parents devant quitter précipitamment Bethléem, de nuit, pour se mettre à l’abri en Egypte. Bien-sûr, dans notre contexte sociopolitique, le Pape précise qu’« avant même le droit d’émigrer, il faut réaffirmer le droit de ne pas émigrer, c’est-à-dire d’être en condition de demeurer sur sa propre terre ».  Mais lorsque ce n’est pas possible, il appelle spécialement les communautés chrétiennes, à
accueillir les migrants « avec générosité et charité authentique » – Intention de prière de Benoît XVI.

« Les communautés chrétiennes doivent accorder une attention particulière aux travailleurs migrants et à leurs familles, à travers l’accompagnement de la prière, de la solidarité et de la charité chrétienne; la valorisation de ce qui enrichit réciproquement, ainsi que la promotion de nouveaux programmes d’action politiques, économiques et sociaux, qui favorisent le respect de la dignité de chaque personne humaine, la protection de la famille, l’accès à un logement digne, à un travail et à une assistance ». Défi aussi pour l’Eglise « d’aider les migrants à maintenir solide la foi, même lorsque manque l’appui culturel qui existait dans le pays d’origine » (1).

Au nom de l’Evangile de Jésus-Christ nous ne pouvons pas nous taire. Il est essentiel, comme dit P. Adolfo Nicolas sj (2), de se mobiliser pour « défendre et promouvoir plus activement les valeurs d'hospitalité de l'Evangile dans le monde d'aujourd'hui, fait de frontières fermées et de plus grande hostilité envers les étrangers ».

Dans ce temps de mutation et de brassage sans précédent dans l’histoire des peuples, des cultures, et des traditions religieuses, l’accueil des migrants n’est pas une option. C'est une chance pour l’Evangile.

P. Frédéric Fornos sj

(1)   Message pour la Journée Mondiale des Migrants et Réfugiés 2013

(2)   P. Adolfo Nicolas, Directeur Général de l’Apostolat de la Prière, et Supérieur Général de la Compagnie de Jésus. Discours au JRS (Jesuit Refugee Service) à l’occasion de son 30ème anniversaire.

L’Apostolat de la prière est le service officiel des intentions de prière du Pape :
www.apostolat-priere.org