Intervention de Jean-Paul II en faveur des populations du Darfour

Mission de Mgr Cordes

| 1001 clics

CITE DU VATICAN, Jeudi 22 juillet 2004 (ZENIT.org) – La chaîne nationale italienne RAI 1 l’a annoncé dès le journal télévisé de la mi-journée : Jean-Paul II intervient en faveur des populations du Darfour en envoyant Mgr Cordes au Soudan "avec l’assistance des Nations Unies". La seule pauvreté extrême des réfugiés fait plus de cent morts par jour dans les camps.



L’initiative de Jean-Paul II ouvre également la première page de L’Osservatore Romano quotidien en italien du 23 juillet.

En effet, le pape Jean-Paul II a envoyé le président du conseil pontifical Cor Unum, Mgr Paul Josef Cordes au Darfour, à la frontière entre le Soudan et le Tchad, pour y promouvoir le respect des droits humains fondamentaux de ces populations épuisées et pour que leur voix soit entendue par les instances internationales et nationales du Soudan. Pour le secrétaire général de l’ONU lui-même, M. Kofi Annan, les populations du Darfour sont victimes d’une "purification ethnique".

Mgr Cordes part pour témoigner de la proximité et de la solidarité du pape à ces populations, indique un communiqué de la salle de presse du Saint-Siège, qui publie également un message du cardinal Secrétaire d’Etat Angelo Sodano à Mgr Cordes à l’occasion de sa mission au Soudan.

Selon le communiqué, le pape Jean-Paul II "désire que la voix des peules du Darfour soit écoutée et prise en considération et que leurs droits humains fondamentaux soient respectés".

Mgr Cordes est accompagné dans sa mission par Mgr Giovanni Dal Toso, de son dicastère : ils se sont envolés ce matin de Rome pour Khartoum.

Mgr Cordes doit rencontrer au Soudan Mgr Mamberti, nonce apostolique, et le cardinal Wako, archevêque de la capitale, ainsi que les représentants de l’épiscopat soudanais, pour s’informer sur la situation actuelle du conflit, et la "purification ethnique" dont a parlé M. Annan.

Radio Vatican résumait ainsi la situation aujourd’hui : "Des milices philo-gouvernementales ont en effet mis à feu et à sang la région habitée par des populations autochtones noires. Lundi dernier, un rapport d’Amnesty International vient d’accuser le gouvernement soudanais de crimes contre l’humanité pour son soutien aux milices arabes".

"Avec l’assistance des Nations Unies, continue le communiqué du Vatican, Mgr Cordes se rendra dans la zone chaude du Darfour, où il est toujours plus difficile de se rendre, en raison des affrontements, et il visitera les camps de réfugiés de Nyala. En plus de la guerre, les conditions de pauvreté désespérée de ces camps font des victimes : l’ONU parle de plus de cent morts par jour".

Plus de vingt ans de conflit au sud du Soudan ont fait deux millions de morts et cinq millions de réfugiés ou déplacés.

Le communiqué du Vatican n’hésite pas à dire : "La situation est tellement compromise que l’on peut la définir un "Rwanda au ralenti"."

A l’occasion de cette mission exceptionnelle, le cardinal secrétaire d’Etat Angelo Sodano a adressé une lettre à Mgr Cordes, en soulignant comment le récent accord signé entre le gouvernement de Khartoum et la guérilla du Sud-Soudan (Spla-Splm), a ouvert de "bonnes possibilités pour la paix et le développement de l’ensemble du pays". Pourtant la permanence de la crise du Darfour pourrait compromettre les résultats de ces accords.

Le cardinal Sodano souligne encore une fois la proximité, la solidarité et la prière de Jean-Paul II pour ceux qui souffrent et en particulier pour les réfugiés qui seraient environ un million.

Le secrétaire d’Etat affirme l’espérance du pape que ces populations "puissent recevoir toute l’aide humanitaire nécessaire", spécialement au cours de l’imminente saison des pluies qui rendra encore plus difficile la survie.

C’est pourquoi, affirme le cardinal Sodano, le pape a confiance que "les autorités soudanaises, en collaboration avec la communauté internationale, vont intensifier les efforts pour arriver à une juste solution dans le Darfour".

Et cela se vérifiera, écrit le cardinal Sodano, "lorsque la voix des populations du Darfour sera écoutée et reconnue et lorsque leurs droits fondamentaux seront respectés, spécialement le droit à la vie, à la liberté politique et religieuse, et le droit à une existence pacifique sur leur propre territoire".

Déjà, le conseil pontifical Cor Unum avait fait parvenir une aide humanitaire au Darfour par l’intermédiaire du Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés (UNHCR).

Il est possible de répondre à l’appel lancé par le réseau de la Caritas et "Action by Churches Together", en faisant des dons sur un compte chèque postal italien de Cor Unum (ou bien en faisant parvenir une participation par l’intermédiaire des nonces apostoliques du pays du donateur (Italie : c/c Postale no. 603035, avec la mention : "Pontificio Consiglio COR UNUM - per DARFUR").