Invitation à Castel Gandolofo : Réponses positives des milieux musulmans

Nouvelle main tendue du pape

| 643 clics

ROME, Lundi 25 septembre 2006 (ZENIT.org) – L’invitation du pape à une rencontre de représentants de l’islam à Castel Gandolfo, ce lundi, en fin de matinée, avait reçu dès vendredi dernier des réponses positives, alors que le Ramadan commençait.



Les ambassades près le Saint-Siège des pays à majorité musulmane ont été en effet contactées par le cardinal secrétaire d’Etat, Tarcisio Bertone, et les représentants de l’Islam en Italie par le président du conseil pontifical pour le Dialogue interreligieux, le cardinal Paul Poupard.

La rencontre de Castel Gandolfo a réuni une trentaine de représentants musulmans, dont des représentants d’ambassades d’Egypte, d’Indonésie, d’Irak, de Turquie, de la Libye, de l’Iran.

« Nous sommes contents de l’invitation », a fait savoir le numéro deux de l’ambassade d’Iran, Ahmed Faihma, définissant cette invitation comme un « signal positif du Vatican ». Il s’est dit convaincu que cela « améliorera les relations avec le monde musulman ».

L’ambassadeur irakien près le Saint-Siège, M. Albert Yelda a pour sa part déclaré à Radio Vatican : « C’est une initiative très très positive à mes yeux et aux yeux des représentants des pays arabes accrédités près le Saint-Siège et des communautés musulmanes en Italie. Je crois que cela représente un pas vers la réalisation de ponts nouveaux et plus importants. Et ceci parce que beaucoup – trop – de choses sont arrivées dans le monde et il y a eu des incompréhensions. Je crois qu’en nous rencontrant, nous réussirons à discuter sur le dialogue interreligieux de façon plus pacifique ».

En Italie, Mohamed Nour Dachan, président de l’UCOII, a fait remarquer que cette initiative du Vatican a également surgi des « contacts bilatéraux qui sont en cours ».

L’heure est donc au dialogue, selon le vœu du pape lui-même. « Dès le départ, a affirmé pour sa part un porte-parole de l’UCOII, Hamza Piccardo, nous n’avons jamais élevé la voix contre le pape, quand d’autres criaient ».

La rencontre du Capitole
Pour Abdallah Redouane, responsable du Centre culturel musulman de Rome, qui a participé au sommet organisé mercredi dernier à Rome, au Capitole, le chapitre des « récentes incompréhensions » est clos. Il a promis de s’efforcer « de rasséréner les âmes et d’apaiser les tensions ».

« L’islam est religion de paix » a affirmé pour sa part le secrétaire du centre culturel musulman de Rome, « le Coran nous invite à entrer dans la paix ». Il ajoutait : « Nous espérons que par cette rencontre il sera possible de réduire les tensions. J’invite tous les musulmans d’Italie à chercher le dialogue avec les autres religions ».

L’occasion de cette rencontre qui a rassemblé aussi des autorités de l’Islam et du Judaïsme, a été la présentation d’une revue interreligieuse italiennne intitulée « Conoscersi e convivere » (« Se connaître et cohabiter »), dont le premier numéro est attendu pour le mois de janvier 2007.

Intervention du cardinal Poupard
« La voie alternative au terrorisme et à la violence est le dialogue et cette voie passe par la reconnaissance des différences », disait le cardinal Poupard. Or, précisait-il, pour qu’il y ait dialogue, il faut que l’autre soit « aimé et respecté en tant que tel dans son identité ». Il ajoutait : « En ce moment délicat notre présence ici se veut une invitation à un dialogue authentique entre ceux qui croient dans le Dieu unique ».

Le cardinal Poupard a rappelé l'invitation faite par Benoît XVI dimanche 17 septembre à l’angélus « à un dialogue franc et respectueux ». Il a également cité le discours de Benoît XVI le 20 août 2005 devant la communauté musulmane d’Allemagne, à Cologne : le pape y soulignait que « le dialogue multiculturel et interreligieux n’est pas une option limitée dans le temps ». Il disait combien est nécessaire ce « dialogue entre les cultures et les religions » et combien son dicastère appréciait cette initiative du maire de Rome.

« Il est nécessaire de protéger le dialogue entre les religions » a affirmé pour sa part Sami Salem, Imam de la grande mosquée de Rome.

Les paroles du pape
Mercredi dernier, à l’audience générale, le pape Benoît XVI avait en effet affirmé : « Rappelant mon profond respect pour les grandes religions du monde – et donc aussi pour les musulmans qui ‘adorent le Dieu unique’ et avec qui nous sommes engagés ‘à protéger et à promouvoir ensemble, pour tous les hommes, la justice sociale, les biens de la morale, la paix et la liberté’ –, j’espère que mes paroles à Ratisbonne pourront constituer un encouragement à un dialogue positif entre les religions, comme entre la raison moderne et la foi des chrétiens ».

Le dimanche 17 septembre, lors de l’angélus à Castel Gandolfo, le pape avait déclaré : « Je suis vivement attristé par les réactions suscitées par un bref passage de mon discours à l’Université de Ratisbonne, considéré comme offensant pour la sensibilité des croyants musulmans, alors qu’il s’agissait d’une citation d’un texte médiéval, qui n’exprime en aucune manière ma pensée personnelle ».