« Invoquons une effusion spéciale de l'Esprit Saint »

Ouverture du synode : homélie de Benoît XVI, 7 octobre 2012

| 1870 clics

Anita Bourdin

ROME, dimanche 7 octobre 2012 (ZENIT.org) – « Invoquons une effusion spéciale de l’Esprit Saint », demande Benoît XVI à tous les catholiques, au moment d’ouvrir le synode pour la nouvelle évangélisation, ce dimanche 7 octobre 2012, place Saint-Pierre : une invitation qui rappelle la prière de Jean XXIII pour « une nouvelle pentecôte » à la veille du concile Vatican II.

Dans son homélie, le pape a évoqué les nouveaux "docteurs" (cf. « Documents ») et il a proposé une méditation sur la « nouvelle évangélisation », en la mettant « en rapport avec l’évangélisation ordinaire et avec la mission ad gentes ».

« L’Église, a affirmé le pape, existe pour évangéliser. Fidèles au commandement du Seigneur Jésus Christ, ses disciples sont allés dans le monde entier pour annoncer la Bonne Nouvelle, en fondant partout les communautés chrétiennes ».

Puis il y a eu des époques d’intensification de l’annonce de l’Evangile : « Il suffit de penser, a précisé Benoît XVI, à l’évangélisation des peuples anglo-saxons et des peuples slaves, ou à la transmission de l’Évangile sur le continent américain, et ensuite aux époques missionnaires vers les populations de l’Afrique, de l’Asie et de l’Océanie ».  C’est dans ce cadre que le pape a resitué aussi saint Jean d’Avila et sainte Hildegarde de Bingen.

L’Eglise actuelle doit aussi s’engager dans l’Annonce du salut dans le Christ dit le pape, ad extra tout d’abord: « la missio ad gentes, c’est-à- dire l’annonce de l’Évangile à ceux qui ne connaissent pas encore Jésus Christ et son message de salut ».

Mais aussi « la nouvelle évangélisation » qui est « orientée principalement vers les personnes qui, tout en étant baptisées, se sont éloignées de l’Église, et vivent sans se référer à la pratique chrétienne ».

Le pape a ajouté les motivations de sa convocation d’un synode sur ce thème : « Pour favoriser chez ces personnes, une nouvelle rencontre avec le Seigneur, qui seul remplit l’existence de sens profond et de paix ; pour favoriser la redécouverte de la foi, source de grâce qui apporte la joie et l’espérance dans la vie personnelle, familiale et sociale ».