Irak : Les chrétiens de plus en plus pessimistes face aux violences

Nouveau témoignage de l’archevêque d’Erbil

| 1137 clics

ROME, Mardi 14 juin 2011 (ZENIT.org) - L'assassinat d’un chrétien orthodoxe, père de quatre enfants, survenu le 31 mai dernier à Mossoul, a accru le sentiment de pessimisme chez les chrétiens d’Irak qui peinent à imaginer un avenir de paix dans leur pays.

« Après le choc de ce nouvel assassinat, certains fidèles tendent à penser qu’il n’y a plus d’avenir possible pour eux dans leur pays », a confié Mgr Bashar Warda, archevêque chaldéen d’Erbil, dans le nord du Kurdistan irakien, dans un entretien à l’association Aide à l’Eglise en détresse (AED), qui apporte son soutien aux chrétiens persécutés et souffrants.

Et « ils ont peur aussi d’aller dans les pays voisins secoués par des conflits politiques », a-t-il ajouté.

Le chrétien orthodoxe Arakan Yacob, est la dernière victime en date d’une série d’attaques perpétrées contre les chrétiens en Irak. Il a été la cible de deux précédentes tentatives d’enlèvement. La troisième a été un succès pour les malfaiteurs.

Trois semaines auparavant, c’est un jeune chrétien de 29 ans, Ashur Yacob Issa, qui a été enlevé et assassiné. Sa famille n'avait pas pu payer la rançon de plus de 100.000 dollars que demandaient les ravisseurs.

D’après MgrWarda, plus de 570 chrétiens ont été tués depuis 2002, dans des épisodes de violence religieuse ou politique. Entre 2006 et 2010, 17 prêtres irakiens et deux évêques ont été enlevés, frappés et torturés par leurs kidnappeurs.

Et même si beaucoup veulent émigrer, a-t-il souligné, les pays frontaliers comme la Syrie et la Turquie, vivent actuellement des situations d’incertitude et de crise.

Tant la Turquie que la Syrie ont déjà accueilli plusieurs milliers de réfugiés chrétiens depuis 2003, suite au renversement du régime de Saddam Hussein et la montée de la violence religieuse.

Mgr Warda a reconnu que la mort de Yacob a provoqué une profonde vague de pessimisme parmi les fidèles, mais refuse de baisser les bras : « Le message d’espérance est toujours là, la vie doit aller de l’avant », a-t-il déclaré

L'évêque, devenu le porte-parole de la souffrance de son peuple à l’étranger, s’est rendu récemment au Royaume-Uni et en Irlande pour lancer le rapport de l’AED sur les chrétiens persécutés. Il avait affirmé à cette occasion que, depuis les statistiques des années 80 en Irak, le nombre des chrétiens dans le pays avait baissé de 1,4 millions à près de 150.000.

L’AED soutient la position de Mgr Warda en faveur des chrétiens irakiens. Elle fournit des aides d’urgence aux réfugiés en Irak, en Jordanie et en Turquie, de la nourriture aux chrétiens déplacés dans le nord de l’Irak et des subventions aux prêtres pauvres et persécutés, aux religieuses et aux séminaristes.