Irak : Protéger davantage les droits des chrétiens

Un article du projet de constitution en question

| 811 clics

ROME, Mardi 6 septembre 2005 (ZENIT.org) – L’archevêque de Westminster, le cardinal Cormac Murphy O’Connor, demande une protection majeure des droits des chrétiens en Irak.



L’archevêque anglais a en effet adressé, vendredi dernier, 2 septembre, une lettre dans ce sens au Ministre anglais des Affaires étrangères, M. Jack Straw, annonce un communiqué du diocèse (cf. http://www.rcdow.org.uk).

« Il est interdit d’approuver une loi qui contredit les règles de l’Islam » : l’archevêque attire l’attention de son interlocuteur sur cet article du projet de constitution de l’Irak qui sera soumis à un référendum le 15 octobre prochain.

Il souligne que cette clause pourrait priver les chrétiens et les autres minorités religieuses de leurs droits fondamentaux.

Le maintien de l’article pourrait avoir des « conséquences dévastatrices » pour la minorité chrétienne, proteste l’archevêque, et constituer une menace pour la liberté religieuse.

Le cardinal anglais souligne qu’il est nécessaire de construire une société fondée sur l’égalité entre toutes les communautés.

Il avertit que si les droits de tous les Irakiens ne sont pas garantis, la tentative de la Grande Bretagne d’établir une démocratie en Irak est vouée à l’échec.

Il souligne par ailleurs que les chrétiens d’Irak craignent que la constitution puisse prévoir dans le Sud du pays, en majorité chiite, l’introduction de la loi islamique, la « charia ».

Le texte constitutionnel a été approuvé le 28 août dernier à la fois par les Chiites et les Kurdes, mais pas par les Sunnites.

Lors d’une récente visite en Grand Bretagne, l’archevêque de Kirkouk, Mgr Louis Sako, a déclaré que le manque de défense des droits des minorités par cette constitution pourrait relancer l’exode des chrétiens.

Sur plus de 26 millions d’habitants, les chrétiens d’Irak représentent environ 3% de la population, soit quelque 800.000 personnes. Les catholiques sont à peu près 300.000, et à 80%, de rite chaldéen catholique.