Irak : vague d'attentats et visite du card. Sandri

Déclarations du Mgr Sako à Fides

| 1007 clics

ROME, lundi 17 décembre 2012 (Zenit.org) – Une vague d’attentats terroristes a frappé hier, dimanche 16 décembre, la ville de Kirkuk, faisant neuf morts dont deux enfants et plus de 50 blessés, dénonce l’agence vaticane Fides.

Deux attaques coordonnées – réalisées à l’aide de deux voitures piégées et de sept bombes placées sur les bords des rues – ont pris pour cibles deux mosquées shiites situées dans la périphérie de la ville. Mais les explosions ont été entendues distinctement également dans la Cathédrale chaldéenne du Sacré-Cœur, alors qu’était en cours la célébration de la messe présidée par le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales.

L’attaque a suscité l’angoisse parmi les très nombreux fidèles présents.
Du fait de la séquence d’événements sanglants en cours dans les territoires disputés entre le gouvernement de Bagdad et l’administration autonome du Kurdistan irakien – de nouveaux attentats dans la région ayant provoqué, aujourd’hui encore, la mort de 11 personnes au moins – la visite en Irak du cardinal préfet prend actuellement une connotation imprévue.

Dimanche, avant la célébration solennelle de la messe en langues chaldéenne, arabe et anglaise – Messe à laquelle ont également pris parti Mgr Louis Sako, archevêque chaldéen de Kirkuk, et le nonce apostolique en Irak, Mgr Giorgio Lingua – le cardinal Sandri avait rendu visite à la grande mosquée sunnite de Kirkuk, rencontrant une délégation qualifiée de représentants islamiques.

L’imam de la mosquée, Ahmad Amin, avait reçu le cardinal l’invitant à transmettre ses sentiments d’estime et de respect au « Saint-Père Benoît XVI » et en faisant l’éloge des initiatives de collaboration et de dialogue inspirées localement par Mgr Sako.

Des concepts analogues avaient été exprimés par le Cheick chiite, Abbas Fadhil, et par l’autre responsable de la communauté sunnite locale, Ali Iman. Répondant aux questions des journalistes après la Messe, le cardinal Sandri avait réaffirmé l’importance de protéger la présence en Irak des communautés chrétiennes autochtones, observant que sans les chrétiens, ce pays perdrait son identité historique.


Ce lundi matin, le cardinal Sandri a rendu visite au gouverneur de Kirkuk, le kurde Necmettin Karim, qui l’a salué avec estime, stigmatisant les attentats comme l’effet d’une stratégie de terreur conçue et mise en œuvre par des centrales externes afin de saboter la tradition de coexistence pacifique qui caractérisait les rapports entre les différentes réalités ethniques et religieuses de la région.

Le préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales s’est ensuite rendu à Erbil, où est prévue une rencontre avec Massoud Barzani, président de la région autonome du Kurdistan.


« La visite du cardinal Sandri, indique à Fides Mgr Louis Sako, a été pour nous tous un temps fort. Cela faisait neuf ans qu’aucun représentant du Saint-Siège ne venait officiellement en Irak. Grâce à la visite du cardinal Sandri, nous avons senti également l’affection et la sollicitude du pape Benoît XVI pour nous chrétiens en Irak et pour nous tous irakiens ».