Iraq/évêques italiens: "Aucune idéologie ne peut s'approprier la paix"

Les évêques italiens soutiennent unanimement la position de Jean-Paul II

| 419 clics

CITE DU VATICAN, Mardi 1er avril 2003 (ZENIT.org) - Les évêques italiens soutiennent unanimement la position de Jean-Paul II et du Saint-Siège à propos du conflit en Iraq, indique Radio Vatican, à l'issue de la session, du 24-26 mars, à Rome, du conseil permanent de la conférence épiscopale italienne (CEI). Ils avertissent: "Aucune idéologie ne peut s'approprier la paix".



Les évêques se disent en effet très préoccupés par la guerre en Iraq et par les répercussions du conflit sur les équilibres internationaux. Ils ont redit leur "non" à la guerre et leur pleine et totale adhésion aux paroles de Jean-Paul II.

Ils invitent les fidèles à prier intensément pour obtenir de Dieu le don de la paix. Ils disent apprécier la mobilisation de tant de personnes contre la guerre, un engagement qui ne doit pas être cependant confondu, avertissent les évêques, "avec des finalités et des intérêts différents, ou pollués par des logiques qui en réalité sont des logiques d'affrontement".

Aucune idéologie, affirmait ce matin Mgr Giuseppe Betori, secrétaire de la conférence épiscopale italienne, ne peut s'approprier la paix.

Les évêques affirment que l'antidote le plus efficace pour combattre le terrorisme et éviter les conflits est le constant engagement à faire grandir "la pédagogie de la paix" fondée sur les quatre piliers indiqués par Jean XXIII dans "Pacem in Terris": vérité, justice, amour et liberté.

Le conseil permanent a en outre pris acte de l'approbation de la loi sur la parité scolaire et de celle sur le marché du travail, mais il s'est dit préoccupé par la proposition de loi visant à rendre les divorces plus rapides.

Les évêques souhaitent également que la discussion sur le projet de loi sur la radio et la télévision en Italie approuve des règles claires garantissant le pluralisme et le respect des utilisateurs.

A propos des prisons (un geste jubilaire de clémence avait été demandé par Jean-Paul II) les évêques ont rappelé leur attente de l'approbation au sénat des dispositions déjà approuvées par la Chambre.