Irlande: Travailler ensemble pour témoigner de l’unique foi dans le Christ

Deux centres culturels catholiques inaugurés par le card. Poupard

| 398 clics

CITE DU VATICAN, 11 juillet (zenit.org) – "Travailler ensemble pour témoigner de l’unique foi dans le Christ", c’est ce que veulent les chrétiens d’Irlande, affirme le cardinal Poupard qui revient d’un séjour dans l’île.



Le cardinal français Paul Poupard, “ministre de la culture” de Jean-Paul II, a inauguré deux nouveaux centres culturels catholiques en Irlande et a participé à un symposium sur l’Eglise et les cultures en Europe du Nord. Le cardinal s’est rendu sur l’île d’Inch, pour participer à ce symposium sur “l’interprétation des signes de rapprochement ou d’éloignement de l’Eglise dans les cultures d’Europe du nord”.

Au cours de son séjour, le cardinal Poupard a rencontré de nombreux représentants de la vie politique et de la culture des deux Irlandes, notant en particulier, en dépit des tensions, une forte volonté de les surmonter.

Le cardinal dit avoir été très touché par la “cordialité vraiment fraternelle entre les repréentnts ecclésiastiques catholiques, protestants, anglicans, et presbytériens”. “J’ai vraiment senti, dit-il, la volonté de travailler ensemble pour témoigner de notre unique foi dans le Christ, de la même charité, et de surmonter, en dépit des difficultés, la situation actuelle”.

Le cardinal s’était déjà rendu en Irlande il y a six ans à l’occasion du bicentenaire du centre de théologie de Meynuth. Le cardinal a trouvé un pays très changé du point de vue économique, social, et spirituel. Le niveau de vie s’est élevé. Mais le riqaue est grand, estime-t-il, de laisser se développer une culture matérialiste dans un pays qui a donné à l’Eglise tant d’évangélisateurs (come saint Patrick et saint Colomba) et tant de missionnaires.

Le cardinal Poupard confiait au micro de Radio Vatican que dans le diocèse de Dublin - où habite presque la moitié de la population d’irlande -, on a dû fermer le grand séminaire, faute de séminaristes. Au fameux Centre théologique de Meynuth, le nombre des candidats au sacerdoce est descendu de 500 á 90. Dans les 26 diocèses irlandais, il n’y aura cette année que 20 ordinations.

Les congrégations féminines doivent affronter une situation semblable.

“Nous nous trouvons dans un pays en proie à un changement culturel et d’époque ayant des conséquences dramatiques sur l’expression de la foi”, disait le cardinal Poupard, se référant à ce qu’il disait de la situation des vocations, mais il ajoutait que la question atteignait aussi les familles et la vie politique, provoquant des "drames".