Ischia: Jean-Paul II appelle à l´accueil de l´étranger

Un galop d´essai avant trois grands voyages

| 1186 clics

CITE DU VATICAN, Dimanche 5 mai 2002 (ZENIT.org) - Un galop d´essai avant trois grands voyages, dans six pays, c´est ce que représentait aujourd´hui la visite pastorale de Jean-Paul II sur l´île d´Ischia, dans la baie de Naples. Au rendez-vous, le soleil, la beauté marine et l´enthousiasme des jeunes renouvelant leur credo avec le pape. Jean-Paul II y a appelé les catholiques à l´accueil de l´étranger.



C´était la 142e visite de Jean-Paul II en Italie et la première d´un pape sur l´île parthénopéenne, connue depuis l´antiquité pour ses sources thermales comme l´île de la "jeunesse éternelle". En vain, les organisateurs et l´évêque, Mgr Filippo Strofaldi, avaient souhaité voir le pape prolonger son séjour, en particulier pour qu´il soigne son arthrose du genou.

La journée s´est centrée sur la célébration eucharistique qui a rassemblé, le matin, quelque vingt-mille fidèles, sur la place d´Aragon, au pied de l´imposant fort du XVe siècle, et la rencontre festive avec quelque huit mille jeunes, sur le parvis de l´église Notre-Dame du Secours, sur son promontoire, adossée la mer et au ponant, tandis que le palmier et l´olivier se penchaient sur cette jeunesse enthousiaste.

L´accueil chrétien
Dans son homélie, Jean-Paul II a invité les catholiques de la région à faire de leur île "un laboratoire privilégié de cet accueil typique que les disciples du Christ sont appelés à offrir à tous, indépendamment du pays ou de la culture à laquelle ils appartiennent".

"Lorsque nous nous sentons aimés, expliquait Jean-Paul II, nous nous sentons plus facilement poussés à aimer. Lorsque nous faisons l´expérience de l´amour de Dieu, nous sommes davantage disposés à suivre Celui qui a aimé ses disciples "jusqu´à la fin" (Jn 13, 1), c´est-à-dire jusqu´au don total de soi".

"Voilà l´amour dont l´humanité a besoin, peut-être plus que jamais, puisque seul l´amour est crédible. C´est la foi inébranlable en cet amour qui a inspiré aux disciples de Jésus de tous temps des pensées de paix, en ouvrant tout grand des horizons de pardon et de concorde".

A Toronto!
Après son repas avec le cardinal archevêque de Naples, Mgr Giordano et les évêques de la région, la même liesse et la même chaleur napolitaine a accueilli Jean-Paul II l´après-midi, au milieu des chants et des chorégraphies des jeunes: une vraie Journée locale de la jeunesse avec Jean-Paul II.

"Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde!" s´exclamait Jean-Paul II, leur rappelant ainsi le thème de la prochaine JMJ de Toronto en juillet (cf. jmj2002.org).

Le pape leur donnait rendez-vous là-bas, au-delà des mers et improvisait: "On pourrait croire que vous êtes riches! mais il s´agit d´une autre économie. L´économie évangélique des pauvres en esprit. Je souhaite que cette Journée mondiale de la Jeunesse soit une expression de la maturité évangélique des jeunes du monde et des jeunes d´Italie et de votre belle île. Alors, courage! Courage et espérance!"

Comme les jeunes improvisaient aussi un hors-programme en présentant à Jean-Paul II un immense gâteau d´anniversaire, en anticipant de quelques jours la fête de ses 82 ans (le 18 mai), le pape reprenait: "Quel courage! Pour cela il faudrait un appétit vraiment juvénile!" Et il les invitait à partager le gâteau. "Pour le moment, concluait Jean-Paul II, allez dans la paix du Seigneur et soyez la lumière du monde et le sel de la terre".

Dans son discours, interrompu par des applaudissements, en particulier lorsque le pape exhortait les jeunes à suivre les pas des saints patrons de l´île, sainte Restitute et saint Jean-Joseph de la Croix, le pape les invitait à "donner saveur et beauté à la vie", à manifester "par des gestes concrets avec la conviction des paroles que cela vaut la peine de vivre et de vivre ensemble l´amour que Jésus est venu nous révéler et nous donner".

Et cette lumière, le pape invitait les jeunes à la porter dans tous les milieux "spécialement là où il n´est pas connu ni aimé, ou même rejeté". "Faites comprendre par votre vie, ajoutait le pape, que la lumière qui vient d´en-haut ne détruit pas ce qui est humain, mais au contraire l´exalte, comme le soleil, par son ardeur, met en relief les formes et les couleurs. Dieu n´est pas en concurrence avec l´homme. Il est son vrai ami, son plus fidèle allié".

Après avoir béni tel enfant ou tel malade qu´on approchait de la "papamobile" jusqu´au dernier moment, le pape repartait, souriant, détendu, comme après un bain de jouvence, malgré le poids des années. "Les jeunes d´Ischia t´aiment", disait encore le caliquot de bienvenue tandis qu´une jeune fille criait au micro: "Saint-Père, nous t´aimons". La foule des jeunes, coiffés de vert, de bleu, de jaune, de rouge, redoublait ses acclamations au goût de JMJ.

Un poids que le pape portera à la fin du mois en Azerbaïdjan et en Bulgarie (22-26 mai), en juillet au Canada, au Guatemala et au Mexique, et en août, dans sa patrie. Ischia, c´était donc aussi un galop d´essai après sept mois passés par Jean-Paul II dans son diocèse.