Israël : des tags insultants sur la porte d'un couvent franciscain

Appel à un changement du système éducatif

| 1128 clics

ROME, mardi 2 octobre 2012 (ZENIT.org) – L’Assemblée des ordinaires catholiques de Terre-Sainte (AOCTS) exprime sa « profonde consternation » après la découverte de graffiti en hébreu sur la porte d’entrée du couvent franciscain du Mont Sion, à Jérusalem. Le couvent se trouve à deux pas du Cénacle. Elle appelle à un « changement du système éducatif ».

C’est la Custodie de Terre Sainte qui l’annonce sur son site dans l’édition du 2 octobre 2012 sous ce titre: « Encore une fois ».

Une nouvelle fois, l’AOCTS exprime « son inquiétude sur l’éducation donnée aux jeunes dans certaines écoles où le mépris et l’intolérance sont enseignés » et se dit « certaine que les autorités israéliennes trouveront les coupables de l’association « Le Prix à payer » et leur donneront une juste condamnation ». Mais plus que tout, l’Assemblée des Ordinaires demande à ce que  « le système éducatif  change radicalement, sans quoi les mêmes causes produiront les mêmes effets ».

L’AOCTS exprime sa « profonde consternation face à de tels agissements » et veut aussi manifester « son soutien dans la prière et la fraternité aux franciscains et à la communauté chrétienne de Terre Sainte tout entière ».

Ce n’est pas sans rappeler les graffiti taggués à l’abbaye de Latroun, il y a un mois. : « On y retrouve Jésus insulté et la signature du « prix à payer », un mode opératoire caractéristique d’Israéliens extrémistes », explique le site Internet du patriarcat latin de Jérusalem.

La profanation de Latroun avait été l’occasion d’une mobilisation sans précédent d’intellectuels et de responsables religieux juifs (cf. Zenit du 10 septembre 2012).