Italie : Benoît XVI invite les jeunes à redécouvrir la « joie d’être chrétiens »

Pèlerinage d’Emilie-Romagne

| 758 clics

ROME, Lundi 9 octobre 2006 (ZENIT.org) – Benoît XVI exhorte les jeunes catholiques d’Emilie-Romagne – la riche région de Bologne notammment - à redécouvrir la « joie d’être chrétiens ».



Le pape a reçu en la salle Paul VI du Vatican, samedi dernier, quelque 9500 pèlerins des diocèses de la région italienne de la Romagne, à l’occasion du XXe anniversaire de la visite de Jean-Paul II dans cette région en mai 1986. A cette occasion les fidèles se sont préparés en relisant les discours de Jean-Paul II.

Rappelant le message de Jean-Paul II aux jeunes de la région, Benoît XVI les a exhortés à « témoigner de la joie d'être chrétien » et il les a invités à cultiver « la communion ecclésiale », à être de « généreux acteurs de la mission évangélisatrice que le Seigneur nous confie », à « faire trésor des conseils de cette mémorable visite faite il y a vingt ans » et à se « fortifier » grâce à leur pèlerinage.

Or, pour mener à bien cette mission évangélisatrice des communautés diocésaines, le pape indiquait comme indispensables à la fois « l’aide de Dieu », et la mise en valeur du « patrimoine spirituel » de la région « conservé et défendu au cours des siècles ».

Vingt ans après, le pape faisait remarquer que « les défis et les problèmes » ne manquent pas pour qui « veut vivre sa foi avec cohérence tout en respectant les exigences de la vie quotidienne ».

Le pape citait notamment les « crises » des familles, le besoin de « vocations sacerdotales et religieuses », les « nombreux dangers d'une société de consommation » et de la « sécularisation » qui cherchent à conduire à « une indifférence progressive aux valeurs de la foi » dans tous les domaines : dans la vie des familles, la vie civile et la vie politique.

Le pape invitait à relever ces « défis constants », « sans se décourager, en regardant avec confiance les nombreuses raisons d'espérer », notamment le nombre des personnes désireuses de donner « sens » et « valeur » à leur existence, « des hommes et des femmes attirés par une recherche religieuse sincère ».