Italie : En faveur de la vie et de la maternité

Une Charte pour « la maternité de l’Italie au IIIème millénaire »

| 2006 clics

ROME, Lundi 8 février 2010 (ZENIT.org) - A l'occasion de la 32ème Journée nationale pour la vie, les écoles de gynécologie et accouchements des universités de Rome, en collaboration avec le bureau de la Pastorale universitaire du vicariat de Rome, se sont rencontrées autour du thème : « Protéger la maternité ».

Un thème de grande actualité qui touche divers domaines liés à des problèmes comme la chute des naissances, les maternités difficiles, la fertilité et sa préservation, les méthodes contre la stérilité et les difficultés d'adoption.

A la fin de leur rencontre, les professeurs de gynécologie et accouchements des universités romaines ont signé un document conjoint qu'ils ont appelé « Charte de Rome - 32ème journée pour la vie - la maternité en Italie au IIIème millénaire ».

« Au cours de ces dernières années, écrivent-ils, on a beaucoup réfléchi au début de la vie humaine et à la réelle identité de l'embryon ». C'est pourquoi, affirment les professeurs, « nous estimons fondamental de répéter avec force dans cette charte l'importance de la vie humaine et sa valeur incontournable dès sa conception ».

« Deuxièmement, poursuit la charte, conscients que l'embryon constitue, au cours de la grossesse, le « sujet faible », il est également important de réfléchir au rôle de garantie que la femme peut interpréter durant sa maternité ».

Selon les signataires « il est donc important de garantir à la femme une protection adéquate, dans toutes les phases de sa vie, en valorisant ses caractéristiques proprement féminines, dans le cadre aussi de sa vie professionnelle ».

« Nous demandons donc, écrivent les auteurs de la charte, que les forces politiques s'emploient davantage à apporter leur soutien aux familles, aux familles nombreuses ou en difficulté financière, en accordant une attention particulière aux mères des groupes ethniques immigrés, qui ont parfois plus de mal à faire respecter leurs droits ; nous demandons aussi qu'ils soutiennent la vie naissante et la maternité ».

« Enfin, conclut le document, dans une optique de réelle prévention de la stérilité, douloureux phénomène en constante évolution, nous proposons de développer des stratégies globales visant à promouvoir chez les nouvelles générations l'éducation à une sexualité responsable et respectueuse de l'écologie et de la dignité humaine, qui aide à préserver l'inestimable patrimoine lié à la fertilité ».