Italie: la Journée de la paix en Sicile

Devenir de « vrais artisans de paix », invitation du pape et des évêques

Rome, (Zenit.org) Giuseppe Aderno | 1072 clics

« Les vrais artisans de paix sont ceux qui aiment, défendent et promeuvent la vie humaine dans toutes ses dimensions : personnelle, communautaire et transcendante », a déclaré l’archevêque de Palerme, en Sicile, le cardinal Paolo Romeo, lors de la messe du nouvel an.

Reprenant les concepts clefs du message du pape pour la Journée mondiale de la paix, célébrée le 1er janvier, l’archevêque italien a demandé en particulier aux administrateurs de la ville de « se projeter dans l’avenir », vers un avenir de paix, reposant sur « des valeurs éthiques et spirituelles », qui puisse donner à leur ville un visage communautaire prêt à « garantir la vérité de l’homme et de la famille, le droit à la vie et au travail ».

Défendre la vie humaine dès sa conception jusqu’à sa mort naturelle, défendre la structure naturelle de la famille constituée d’un homme et d’une femme qui s’aiment et s’unissent pour donner la vie à d’autres créatures,  défendre le droit au travail : Le cardinal Romeo, a insisté sur l’importance d’une « défense » concrète de ces valeurs pour le progrès de la société. 

Promouvoir la paix demande certainement « sagesse et patience », a-t-il dit, pour « déterminer les causes réelles des problèmes et pour y apporter des solutions concrètes », et la vouloir ne veut pas dire « fermer les yeux sur les tensions, sur les injustices, sur les contradictions de notre ville bien-aimée ».

Invitant tout un chacun à ne pas se laisser vaincre par le pessimisme, l’archevêque de Palerme a rappelé que « la vraie défaite est de ne pas croire en l’homme, en sa grandeur potentielle et en son besoin d’être sauvé du mal », que ce serait « un mensonge sur l’homme » et qu’ils ne peuvent se le permettre.

Tout cela demande « respect, honnêteté, chaleur, bienveillance », a souligné de son côté l’archevêque de Catane, Mgr Salvatore Gristina, dans son message de fin d’année. Et donc une vraie pédagogie, come le souligne Benoît XVI dans son message, une pédagogie  qui apprenne à « dire non à la vengeance, à reconnaître ses torts, à accepter les excuses sans les attendre et à pardonner ». 

 Dans la ligne du message pour la paix de 2012 « Eduquer les jeunes à la justice et la paix », Mgr Gristina a insisté sur l’importance d’une  « éducation sociale efficace » et d’un « témoignage crédible » de la part de tous.

L’éducation est une urgence, a-t-il insisté, qui interpelle les adultes, et faire œuvre de paix c’est aussi « réaliser une rencontre fructueuse entre les éducateurs et les personnes disposées à se faire éduquer ». Cette urgence interpelle chaque personne, chaque famille, dans l’exercice du droit des parents à éduquer leurs enfants, en particulier dans le domaine moral et religieux ».

« Dans cette immense tâche de l’éducation à la paixles communautés religieuses sont particulièrement impliquées », a-t-il redit en citant les paroles du nouveau message du pape, tout comme il est demandé aux institutions culturelles scolaires et universitaires « une contribution importante non seulement à la formation de nouvelles générations de leader,mais aussi au renouvellement des institutions publiques, nationales et internationales ».

L’archevêque de Catane termine son message par un appel à entendre et suivre les enseignements et les messages du pape durant cette nouvelle année, rappelant qu’ils sont porteurs de solutions possibles dans le respect de la dignité de la personne humaine, des attentes des familles et  d’un bien être personnel et communautaire authentique.

Traduction d’Océane Le Gall