Italie : Le cardinal Vallini, première réponse à la lettre du pape

La proximité et le soutien de l’Eglise de Rome

| 1870 clics


ROME, Jeudi 12 mars 2009 (ZENIT.org) - Le cardinal Vallini exprime au pape sa proximité et le soutien de l'Eglise de Rome, en réponse à sa lettre aux évêques du monde entier publiée ce 12 mars.

A l'occasion de la Lettre de Benoît XVI, le cardinal vicaire du pape pour le diocèse de Rome, Agostino vallini a publié dès cet après midi un communiqué pour exprimer au pape sa « proximité affectueuse et filiale » et « le soutien quotidien » de la prière de tout le diocèse de Rome.

Le cardinal Vallini se dit « ému et bouleversé » par la lettre du pape : « Je l'ai accueillie comme une grande leçon de foi offerte à nous tous par le Pasteur suprême qui place le Christ et le bien de son troupeau avant tout autre considération humaine, une leçon d'amour et de service de l'Eglise ».

Le cardinal Vallini cite les paroles de Jésus à Pierre après sa résurrection : « Simon, fils de Jean m'aimes-tu plus que ceux-ci ? ... En vérité, je te le dis, ... tu étendras les mains et un autre te ceindra et te mènera où tu ne voudrais pas » (Jean 21, 15.18).

Et il interprète ainsi ce passage : « Le Pierre d'hier et d'aujourd'hui est souvent appelé à vivre son ministère singulier dans la solitude, dans l'incompréhension et dans la souffrance ».

A propos de la levée de l'excommunication, le cardinal vicaire ajoute : « Les raisons longtemps méditées, par Votre Sainteté, du ‘geste discret de miséricorde', envers les quatre évêques, dans la paternelle attente qu'elle reçoive d'eux une réponse, avec les pas nécessaires de pleine réconciliation, devaient être accueillies par tous dans l'Eglise ».

On attendait, souligne le cardinal Vallini, une manifestation de « soutien », de « réconfort » et de « partage » dans la « communion ecclésiale », même sans saisir tous les tenants et les aboutissants de cette situation « douloureuse ».

Il souligne que la lettre « clarifie bien les aspects disciplinaires, doctrinaux et pastoraux » qui ont conduit le pape à ce « geste humble d'une main tendue ».

Le cardinal Vallini exprime de la part de l'Eglise de Rome - « Votre Eglise » souligne-t-il - sa proximité, pour « adoucir la peine de cette circonstance » et confirmer sa « pleine communion et adhésion à ses actes de gouvernement ».

« Je reste convaincu, écrit le cardinal vicaire, que les décisions du pape s'accueillent avec foi, se comprennent dans leurs hautes motivations et sont toujours à soutenir ».

Anita S. Bourdin