Italie : Le pardon de l'archevêque de Florence, Mgr Betori

Son agresseur présumé arrêté

| 1506 clics

ROME, lundi 19 décembre 2011 (ZENIT.org) – Il fait du bruit dans les journaux télévisés italiens, le pardon donné par l’archevêque de Florence, Mgr Giuseppe Betori, agressé le 4 novembre dernier, ainsi que son secrétaire, don Paolo Brogi, gravement blessé mais hors de danger.

En effet, un juge florentin, Antonio Pezzuti, vient de confirmer – dans la nuit de vendredi 16 à samedi 17 décembre - l’arrestation de M. Elso Baschini, 73 ans, accusé d’être l’homme qui a tiré sur l’archevêque et son secrétaire. Le juge a en effet rassemblé de graves indices à sa charge – photos de la cour de l’évêque retrouvées sur son téléphone portable, confidences faites à un ami, modification de son aspect (cheveux teints, notamment).

« Je lui ai déjà pardonné », a répété Mgr Betori, interrogé par la presse, alors qu’il se trouve à Moscou. Il a salué le travail des enquêteurs et il a ajouté: « L’établissement de la vérité fait partie de l’itinéraire de la société en vue de la justice, et il faut toujours le faire ». Mais il a ajouté que pour ce qui est du pardon « il appartient à la sphère de la conscience et il a déjà été offert, et il n’a pas  besoin de confirmations ».

Au moment de l'événement, Mgr Betori s'était dit "serein" avec pour seule préoccupation l'état de son secrétaire. Pour l'agresseur, il avait dit: "Cela fait partie de la mission de l'évêque de rencontrer les gens et parmi eux il y a aussi ceux qui ne sont pas animés de bonnes intentions, mais envers tous, et aussi envers cette personne, l'évêque éprouve des sentiments de miséricorde".

Pour leur part, les médecins estiment que le secrétaire personnel de Mgr Betori, don Paolo Brogi, 41 ans, qui s'est interposé entre l'agresseur et l'archevêque, est « vivant par miracle » : à quelques centimètres près, la balle touchait l’aorte ou atteignait des organes vitaux.

A Moscou, Mgr Betori participait à l’inauguration d’une exposition sur le peintre italien Giotto, à la Galerie Tretyakov, dans le cadre d’un échange culturel entre l’Italie et la Russie pour l’Année de la culture et de la langue russe en Italie et réciproquement, sous le patronage du patriarche Kirill.

ASB