Italie : le souvenir du juge Falcone et des paroles de Jean-Paul II

« Convertissez-vous ! Le jugement de Dieu viendra! »

| 1304 clics

Anita Bourdin

ROME, mercredi 23 mai 2012 (ZENIT.org) – « Convertissez-vous ! Le jugement de Dieu viendra! », a déclaré Jean-Paul II en 1993, en Sicile, dans un discours fameux, enflammé. L’année précédente, deux juges anti-mafia avaient été assassinés. Vingt ans après, l’Eglise Sicile invite au courage contre cette « dictature de la mafia ».

L’Italie panse en effet ses blessures récentes – l’attentat de Brindisi contre une école professionnelle et le tremblement de terre d’Emilie Romagne – mais aussi les blessures d’il y a vingt ans : l’attentat contre le juge anti-mafia Giovanni Falcone (1939-1992) et dans son sillage celui de son ami – entre les bras duquel Falcone a expiré - le juge Paolo Borsellino (1940-1992), le 19 juillet, après 57 jours d’une activité intense contre la mafia.

En souvenir d'eux, à Rome, les lumières du Colisée seront éteintes ce mercredi soir.

Moins d’un an après ces deux massacres, Jean-Paul II s’est exclamé, le 9 mai 1993, à Agrigente : « Ce peuple, le peuple sicilien, si attaché à la vie, peuple qui aime la vie, qui donne la vie, ne peut pas vivre toujours sous la pression d’une civilisation contraire, la civilisation de la mort ! Je le dis aux responsables : « Convertissez-vous ! Un jour viendra le jugement de Dieu ! ». »

Menaces contre un évêque

Depuis 2008, un évêque sicilien est contraint de vivre sous la protection d’une escorte, a dénoncé Radio Vatican. Il a travaillé à faire attribuer à des anciens détenus des terrains confisqués à la mafia. Mgr Michele Pennisi, évêque de Piazza Armerina, a reçu une lettre de menaces : « Tu mourras comme Jésus Christ ». 

Il a aussi refusé de célébrer les obsèques religieuses d’un boss de la Mafia, tué le 3 décembre 2007, lors d’une descente de la police, et fait l’objet d’intimidations. Des tracts l’accusant de « complicité avec les magistrats » ont été distribués.

On murmure, précisait Radio Vatican, qu’il a soumis l’Église à l’État, mais Mgr Pennisi continue d’exhorter ses fidèles à prier Dieu de les libérer du racket et de la mafia, de répéter dans le bulletin de son diocèse qu’il y a incompatibilité entre vie chrétienne et crime organisé, que les chrétiens doivent au contraire aider les mafieux à « se repentir » et à « changer de vie ». Il est considéré comme un "moteur anti-mafia".

Mgr Mogavero, évêque de Mazara del Vallo, estime que la lutte contre la mafia passe par « l’éducation ». Il faut, disait-il en substance, aider les jeunes à comprendre qu’ils doivent progresser par leurs propres forces, en misant sur leurs compétences et non pas sur des « recommandations » ou des « collusions avec la mafia ».

A Palerme, le cardinal Paolo Romeo dénonce la fausse religion des membres de Cosa Nostra: les mafieux peuvent toujours exhiber leur Bible et leurs images pieuses, leur comportement reste antiévangélique et leurs oraisons offensent la foi chrétienne, rapporte toujours la même source.

Dans un document publié en vue des élections locales qui viennent d’avoir lieu, l’Église de Palerme avait appelé à une plus grande « responsabilité civique » et à un sursaut de « courage contre la dictature de la mafia », notamment pour permettre aux entreprises privées de « se développer » et du même coup de « créer des emplois ».

Plusieurs prêtres ont payé de leur vie leur résistance à la mafia, comme don Giuseppe – Pino – Puglisi, assassiné à Palerme (1937–1993). Un prêtre sicilien, don Luigi Ciotti, né en 1945, est à l’origine d’une association « Libera » et milite pour le combat contre la mafia partout où elle se trouve, pas seulement en Sicile.

Elle aura une fin

« La mafia, disait Giovanni Falcone, comme toutes les entreprises humaines a un début et une fin ». Comme le pape Jean-Paul II, Giovanni Falcone était né un 18 mai…

Avec Giovanni Falcone ont péri, le 23 mai 1992, dans l’attentat des environs de Capaci, sur l’autoroute entre Trapani et Palerme, sa femme, également magistrat, Francesca Morvillo, et trois hommes de leur escorte : Rocco Di Cillo, Antonio Montinari et Vito Schifani.

En ont réchappé, Giuseppe Costanza, qui était assis à l’arrière de la deuxième voiture du cortège – le juge avait pris le volant - et les hommes de la troisième voiture. Vingt autres personnes qui passaient alors sur l’autoroute ont également été blessées.

Lors de l'explosion d'une voiture piégée Via D'Amelio, à Palerme, devant le domicile de la mère de Paolo Borsellino qui venait lui rendre visite, a perdu la vie le juge qui avait lutté pendant cinq ans contre la mafia, et les cinq carabiniers composant son escorte, Agostino Catalano, Walter Cosina, Emanuela Loi - première femme carabinier -, Vincenzo Li Muli et Claudio Traina.

Célébrations de Palerme

Les célébrations du vingtième anniversaire ont rassemblé, ce 23 mai, des milliers de personnes à Palerme autour de plusieurs ministres italiens, du président du Conseil, Mario Monti, et du président Giorgio Napolitano, de membres des familles des deux juges et de représentants d’autres pays. Elles ont été transmises en direct sur la chaîne de télévision nationale RAI 1, depuis l’« Aula Bunker » conçue pour le maxi-procès contre les mafieux.

Le président Napolitano s’est ému, ce matin, en lançant un appel aux jeunes de s’engager à leur tour. Il a ensuite salué plusieurs personnalités présentes dont l’archevêque de Palerme, le cardinal Romeo.