Italie : les évêques écrivent au pape

"Il n'y a pas de paroles pour exprimer notre joie"

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 694 clics

« Il n’y a pas de paroles pour exprimer notre joie », écrivent les évêques italiens au pape François, se réjouissant qu’il vienne du « Continent de l’espérance » et s’engageant avec lui à « être la présence du Christ parmi les hommes de notre temps ».

Le Conseil permanent de la Conférence des évêques italiens (Cei), réuni pour sa session de printemps, a fait parvenir un message au pape, après avoir participé à la messe d’inauguration de son pontificat, le 19 mars 2013, place Saint-Pierre.

« Sainteté, il n’y a pas de paroles pour exprimer notre joie », écrivent les évêques, qui rendent grâce pour « les desseins de la providence, qui a poussé les cardinaux “quasi au bout du monde”, pour élire Celui qui est appelé à confirmer les frères dans la foi ».

« Ce n’est pas par hasard si votre successeur, Benoît XVI, à la Ve Conférence générale de l’épiscopat latino-américain, parlait de votre terre comme le “Continent de l’espérance”, riche du “trésor inestimable” et du “patrimoine le plus précieux: la foi en Dieu Amour, qui en Christ a révélé son visage” (Aparecida, 12 mai 2007) », écrivent les évêques.

Ils reviennent sur la messe d’inauguration : « Aujourd’hui, une fois de plus, la Providence nous a fait toucher du doigt ce qu’est l’Eglise, communion qui modèle les évêques autour du Successeur de Pierre par une collégialité affective et réelle, confirmée par une adhésion pleine et ouverte à son enseignement et par une collaboration active et constante. »

Les évêques italiens rappellent également la « spéciale syntonie » qui les unit à l’évêque de Rome, Primat d’Italie, qui nomme lui-même le président de la Conférence épiscopale.

Cette relation « nous rend témoins privilégiés de sa mission, premiers destinataires de son attention et de son magistère », ajoutent-il, soulignant « la chaleureuse accolade avec laquelle notre peuple s’est rapproché de vous, dans le désir de vous voir, de rester un peu avec vous, de prier avec vous et pour vous », lors de la première apparition publique du pape François, le 13 mars dernier.

Evoquant l’homélie du pape, qui a médité sur l’exemple de saint Joseph, les évêques italiens s’engagent « à être gardiens de tous ceux qui sont confiés à notre responsabilité, spécialement de la vie la plus fragile et sans défense: avec discrétion et humilité, dans le silence, avec une présence constante et une fidélité totale ».

Malgré les « difficultés », ils confirment leur volonté de « garder vivant et développer toujours plus le sens de foi (…) d’annoncer l’Evangile sans peur » et finalement « d’être la présence du Christ parmi les hommes de notre temps ».

Tout cela sous la conduite du Successeur de Pierre, qui « précède avec une main ferme et paternelle » et appelle « à cette sainteté de vie qui est vocation de tout baptisé », concluent-ils.