Italie : Les évêques et les banques s’accordent pour aider les familles

Des prêts pour un montant total de 300 millions d'euros

| 2038 clics

ROME, Jeudi 2 avril 2009 (ZENIT.org) - Les évêques italiens et les banques se sont mis d'accord sur des prêts aux familles en difficulté pour un montant total de 300 millions d'euros, a annoncé mardi dernier, 31 mars, le secrétaire général de la conférence des évêques italiens, Mgr Mariano Crociata, lors d'une rencontre avec la presse à Radio Vatican.

L'accord avait été conclu entre la Conférence des évêques d'Italie (CEI) et l'association des banques italiennes (ABI).

Les évêques ont en effet eu l'accord de l'ABI pour créer un fonds destiné à aider surtout les familles avec trois enfants, ou ayant à charge des personnes malades ou handicapées, et qui sont en situation précaire suite à la perte d'emploi du chef de famille ou de la disparition de l'unique source de revenu de la famille, a précisé Mgr Crociata.

Les évêques mettent ainsi en place un fonds de solidarité pour recueillir 30 millions d'euros : une collecte nationale sera organisée le 31 mai, indique l'agence vaticane Fides. De son côté, le réseau de l'ABI portera le montant des prêts accordés à 300 millions d'euros.

Mgr Crociata a annoncé que cette aide devrait être proposée à 20.000 ou 30.000 familles, désignées par les paroisses. Ce prêt - à un taux favorable - sera de 500 euros par mois, pendant un an, et renouvelable une seconde année. Elles auront cinq ans pour le rembourser.

« Conscients de la gravité et de l'ampleur de la crise financière et économique actuelle, les membres du Conseil Permanent ont mis en place la constitution d'un fonds de garantie en faveur des familles nombreuses ou touchées par la maladie ou le handicap, qui ont perdu toutes sources de revenu. L'annonce de l'Évangile exige, en effet une constante attention aux besoins concrets des frères, pour que la communion ecclésiale se nourrisse de charité effective », indique le communiqué final du Conseil épiscopal italien permanent qui s'est réuni pour la session de printemps du 23 au 26 mars 2009, au siège de la conférence épiscopale (CEI), à Rome.

Le fonds, explique le communiqué, se propose comme objectif de permettre aux familles qui ont au moins trois enfants à charge, ou bien qui sont touchées par des situations de maladies graves ou de handicap, ou qui ont perdu ou perdront toutes sources de revenus, d'obtenir du système bancaire un prêt mensuel pour douze ou vingt-quatre mois qu'ils rendront dans des conditions avantageuses, dès l'instant où ils auront retrouvé du travail, de sorte qu'ils puissent faire face aux dépenses de la maison et aux nécessités les plus pressantes. Il s'agit d'un signe d'espérance, dont la finalité est d'aider un nombre nécessairement limité de cas, mais significatif pour la typologie choisie. Il s'appuie sur l'action parallèle de charité organisée par les Caritas diocésaines et par les organisations du volontariat catholique et social, mais n'entend pas se substituer aux justes et inaliénables interventions qui relèvent de l'État et des organismes publics.

Ce fonds sera financé par une collecte nationale, qui aura lieu dans toutes les églises italiennes, le dimanche 31 mai, en la solennité de Pentecôte.

Les évêques précisent encore : « Le geste traditionnel de la collecte nous rappelle à un style d'Église qui se souvient des membres les plus faibles, surtout dans les moments de grave difficulté, et qui le fait par tous les moyens possibles, en sachant que c'est justement dans les membres les plus faibles que se trouve le Christ lui-même qui se rend présent et avec lesquels il s'identifie. C'est un geste qui éduque à la solidarité et au partage, à l'ouverture du cœur et à la générosité, à ne pas vivre seulement pour soi-même, replié sur ses propres problèmes et sur ses propres intérêts, mais avec un cœur fraternel et plein de compassion ».