Italie: les "Maisons de la famille" fêtent leurs 40 ans

Une initiative de don Oreste Benzi

Rome, (Zenit.org) | 540 clics

L’association « Comunità Papa Giovanni XXIII » ("Communauté pape Jean XXIII"), fondée par don Oreste Benzi (1925-2007), a organisé un Congrès sur les "Maisons de la famille", présidé par Paolo Ramonda, successeur de don Oreste, à l'occasion des 40 ans de cette initiative.

« Une famille pour tous » : l’expérience des Maisons de la famille fondées par don Oreste Benzi, quarante ans après l’ouverture de la première maison : ce congrès a approfondi le thème de la maison de la famille à partir de différents points de vue, d’une confrontation avec d’autres visions et expériences de famille et de société, au Salon de Rimini, ce vendredi 31 mai 2013.

Les organisateurs racontent: "Quarante ans. L’âge de la maturité, de la connaissance. C’est le cas pour les Maisons de la famille de la Communauté Papa Giovanni XXIII. Il y a déjà quarante ans que, pour répondre aux pauvres qui frappaient à la porte, les intuitions de don Oreste Benzi ont trouvé leur expression dans la première maison de la famille, ouverte à Coriano di Rimini, en juillet 1973".

« Nous pouvons dire que la phase d’expérimentation est terminée. Nous ne sommes plus des adolescents en matière d’accueil, nous sommes mûrs désormais et nous voulons faire connaître un modèle qui a largement démontré son bien-fondé », expliquent-ils: « Nous ne prétendons pas que c’est un modèle meilleur que les autres, mais nous affirmons qu’il s’agit d’un modèle unique, pour lequel nous réclamons la pleine reconnaissance y compris de la part des institutions ».

Fondaments éducatifs

Le congrès s'est ouvert sur une approche multimédia avec un documentaire racontant la naissance de la Maison de la famille, son développement et ses spécificités qui en font une expérience unique.

Les éléments constitutifs de la Maison de la famille ont été présentés par Giovanni Paolo Ramonda  responsable général de la Communauté, et, depuis trente ans, papa d’une Maison de la famille ; en tant que psychopédagogue, il en a aussi approfondi les fondements éducatifs.

Tonino Cantelmi a posé la question: "Quels sont, aujourd’hui, les besoins profonds, relationnels, des personnes qui demandent à être écoutées ?" Psychiatre et psychothérapeute, il est président de l’Association italienne des psychologues et psychiatres catholiques.

Stefano Zamagni a, quant à lui, analysé l’expérience des Maisons de la famille du point de vue des relations sociales et économiques.

La matinée s'est terminée par une présentation de plusieurs expériences qui se sont développées parallèlement à celle de l’association "Papa Giovanni" : la Communauté de Nomadelfia, la Communauté de l’Arca et les Maisons de la charité. Des histoires différentes, mais qui ont en commun "la volonté de donner une réponse d’amour et d’accueil à celui qui est seul et en difficulté", expliquent les orgnisateurs.

La Maison de la famille constituent, soulignent-ils, "une réponse valide et possible, mais aussi un aiguillon et une provocation afin que toute la communauté sociale et ecclésiale soit plus accueillante et attentive à ceux qui sont les derniers, aux personnes marginales".

« Nous devons donner aux pauvres les réponses dont ils ont besoin, et non celles qui sont pratiques pour nous », affirmait souvent don Benzi.

Des grands-parents adoptifs

Une table-ronde animée par le journaliste Dino Boffo, directeur de TV2000, des représentants d’institutions et de mondes culturels divers ont échangé a rassemblé Vasco Errani, président de la région Emilia Romagna et représentant de la Conférence des Régions et des Provinces autonomes ; Mgr Vincenzo Paglia, président du Conseil pontifical pour la famille, Serenella Pesarin, représentante du Ministère de la justice, Andrea  Canevaro, pédagogue ; Riccardo Prandini, sociologue ; Mara Rossi, médecin missionnaire, représentante de la Communauté Papa Giovanni XXIII auprès des Nations-Unies.

Paolo Ramonda a conclu les travaux et ouvert de nouvelles perspectives d’action.

Au cours du congrès, de très nombreux membres des Maisons de la famille de la Communauté ont aussi apporté leurs témoignages ; ils sont originaires d’Italie mais aussi d’Afrique, d’Amérique latine, d’Australie et d’Asie. Des pères et des mères, des enfants naturels et ré-enfantés dans l’amour, des grands-parents « adoptifs », des oncles et cousins, mais non par les liens du sang : un univers particulier et bariolé qui parle de lui-même et démontre quotidiennement qu’un modèle de société « englobant », dans lequel « ce sont les derniers qui dictent la marche de l’histoire », est possible.

Pour plus d'information, un site : www.casafamiglia.apg23.org

Traduction d'Hélène Ginabat, avec Anita Bourdin